Quotas d'immigrés professionnels : le projet du gouvernement sous le feu des critiques

Quotas d'immigrés professionnels : le projet du gouvernement sous le feu des critiques Source: AFP
(image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé ce 5 novembre que des «quotas» d'immigrés «professionnels» seraient instaurés en 2020. De quoi faire grincer les dents de l'opposition de gauche, la droite trouvant quant à elle le projet insuffisant.

Ce devrait être une des propositions phares du conseil des ministres, ce mercredi 6 novembre. La ministre du Travail Muriel Pénicaud va annoncer que des «quotas» (à savoir des objectifs chiffrés) d'immigration professionnelle seront fixés chaque année à compter de l'été 2020. Objectif : que la France recrute en fonction des besoins de son marché du travail. «C'est la France qui recrute par rapport à ses besoins», a ainsi expliqué la ministre au micro de RMC/BFM TV, excluant en outre tout quota en fonction du pays d'origine.

Insuffisant, pour Les Républicains

L'annonce n'a pas manqué de faire réagir la classe politique. Du côté des Républicains, on reste sur sa faim. Si l'idée de quotas, portée par Nicolas Sarkozy quand il était chef de l'Etat, est saluée, le parti présidé par Christian Jacob trouve l'initiative du gouvernement insuffisante. «C’est une idée que nous défendons depuis de nombreuses années donc je ne vous dirai pas que c’est une mauvaise idée», a déclaré Aurélien Pradié, le secrétaire général de LR, sur Sud Radio. Avant de tempérer : «Qu’Emmanuel Macron ne vienne pas nous baratiner : s’il veut le faire, il faut un vote, il faut transformer la loi» afin qu’elle fixe «le niveau de quotas».

Pour Guillaume Peltier, vice-président du parti, ce projet est insuffisant. «Rien sur l’expulsion des clandestins et des déboutés du droit d’asile, rien sur la suppression des filières de mafieux, de passeurs», a-t-il énuméré sur Europe 1.

La gauche dénonce un projet «honteux» et «stigmatisant»

Son de cloche différent à gauche. Valérie Rabault, présidente du groupe Parti socialiste (PS) à l'Assemblée nationale, alerte sur la «stigmatisation» de ceux qui bénéficieront, ou pas, des quotas. Elle dénonce plus globalement l'«instrumentalisation» par le gouvernement de la question migratoire.

Manon Aubry, députée européenne La France insoumise, s'est montrée tout aussi indignée par le principe de quotas d'immigrés professionnels. Selon elle, il s'agit d'un projet «irresponsable d’un point de vue de santé publique» et «honteux au regard de la protection des droits humains».

Une projet piloté par le Medef, selon Le Pen

Enfin, un dernier angle d'attaque contre le projet gouvernemental a été employé par la président du Rassemblement national (RN). Selon Marine Le Pen, citant un document qu'«on [lui] avait transmis» et dont elle diffuse une photographie sur Twitter ce 5 novembre, une «nouvelle immigration» était «réclamée» par le mouvement patronal Medef, via notamment l'établissement de quotas en matière migratoire.

Au sein du RN également, l'eurodéputé Nicolas Bay a dénoncé une «escroquerie totale du gouvernement», faisant valoir que seule une minorité des immigrés arrivant sur le sol français viendraient pour travailler. «Instaurer des quotas d’immigration sur les travailleurs» reviendrait à ne pas restreindre l'arrivée de tous les autres immigrés, conclut-il.

Lire aussi : Le gouvernement annonce des quotas annuels d'immigrés professionnels

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix