Qui est Thierry Breton, patron du Cac 40 et politique libéral controversé ?

Qui est Thierry Breton, patron du Cac 40 et politique libéral controversé ?© Philippe Wojazer Source: Reuters
Thierry Breton, PDG d'Atos (image d'illustration).

Après le camouflet Sylvie Goulard, Emmanuel Macron a proposé Thierry Breton à la Commission. Cet ex-ministre pro-privatisation, chef d'entreprise, europhile et libéral devrait passer sans encombre l'audition des eurodéputés. A moins que...

Tourner la page Sylvie Goulard, tel est l'objectif d'Emmanuel Macron, fortement affaibli au sein de l'Union européenne, après le rejet en octobre de la candidature française Sylvie Goulard au sein de la prochaine Commission européenne. Il a ainsi choisi un Macron-compatible assumé, rallié à la candidature du marcheur avant le 1er tour de la présidentielle 2017, après le retrait d'Alain Juppé de la course.

Le 23 octobre, le président a donc proposé un Français qui semble coller avec le profil attendu au sein de l'Union européenne, Thierry Breton. A 64 ans, cet actuel PDG du groupe Atos, ex-ministre de l'Economie sous Jacques Chirac entre 2005 et 2007, est un libéral assumé et européiste. Dirigeant d'une société du Cac 40, il a auparavant été à la tête de plusieurs entreprises comme Thomson, France Télécom ou Bull. Ce profil semble de fait correspondre avec le costume de commissaire européen qui aura pour compétences la politique industrielle, le marché intérieur, le numérique, la défense et l'espace.

Mais ce choix fait grincer les dents plusieurs commentateurs. D'autant plus que le «en même temps» turbine à plein pot. Comment en effet comprendre la volonté de l'Elysée de souhaiter que la République en marche se dote d'un pôle de gauche et, en parallèle, promouvoir un ex-ministre qui a notamment favorisé plusieurs privatisations ? Il a notamment été l'un des artisans en 2005 de l'une des privatisations les plus contestées, celle des autoroutes. L'opération se fera l'année suivante, l’Etat vendant ses participations dans les sociétés concessionnaires d’autoroutes, à l'instar du groupe Vinci. Il a été aussi à l'œuvre pour la privatisation de France Télécom. Son action politique s'est aussi résumée à une attitude prônant la rigueur budgétaire, avec des coupes dans les finances publiques comme dans la fonction publique.

Thierry Breton, accusé de conflit et de prise illégale d'intérêts

Si Thierry Breton a connu une carrière sans casserole judiciaire à ses basques, Anticor assure toutefois dans un tweet qu'il est visé depuis le 27 septembre par une plainte par l'association pour prise illégale d'intérêts.

Il s'agit d'une plainte contre X avec constitution de partie civile dans laquelle Thierry Breton serait visé «pour délit de favoritisme et prise illégale d'intérêts», selon le média Reflets.info, qui a pu consulter la plainte. Le site internet affirme que l'avocat d'Anticor, Jérôme Karsenti, «y explique notamment que le ministère de l'Economie et des Finances a été "un acteur central" de quatre marchés "faramineux" passés entre l'Etat et des société du groupe Atos». Reflets.info poursuit : «Son actuel PDG, Thierry Breton, et un autre de ses dirigeants, son ancien directeur de cabinet à Bercy, Gilles Grapinet, auraient pu, dixit la plainte de l'association anti-corruption "influer sur la signature" desdits contrats quand ils étaient au ministère, "constituants ainsi le délit de prise illégale d'intérêts tel que prévu et réprimé par les articles 432-12 et 432-13 du Code Pénal".»

Le média en ligne précise d'ailleurs qu'«une enquête préliminaire est [...] ouverte au parquet national financier (PNF) depuis 2016, à la suite déjà d'un signalement d'Anticor». Celle-ci serait néanmoins au point mort.

Au-delà de cette affaire, des politiques s'interrogent également sur un possible conflit d'intérêts entre Thierry Breton et sa future mission au sein de la commission. Atos est en effet un fournisseur de services informatiques de l'Union européenne. La députée européenne de La France insoumise (LFI) Manon Aubry s'interroge ainsi sur Thierry Breton, «un patron du CAC 40, dont l'entreprise reçoit des millions de subventions européennes !». «Niveau prévention des conflits d'intérêts, c'est pas encore ça !», s'exclame-t-elle également.

Le député du Parti communiste André Chassaigne n'exclut d'ailleurs pas que les eurodéputés puissent de nouveau rejeter la candidature de Thierry Breton pour ce possible conflit d'intérêts.

D'ici fin novembre, le candidat devra donc convaincre des eurodéputés, mieux que ne l'a fait Sylvie Goulard.

Lire aussi : «Je ne comprends pas» : Macron désemparé face au rejet de Sylvie Goulard par le Parlement européen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»