Affaire Dupont de Ligonnès : l'IGPN saisie d'une enquête après la fausse arrestation

- Avec AFP

Affaire Dupont de Ligonnès : l'IGPN saisie d'une enquête après la fausse arrestation© JEAN-SEBASTIEN EVRARD Source: AFP
Licence de tir de Xavier Dupont de Ligonnès, 2010 (image d'illustration).

Après l'emballement médiatique autour de la fausse interpellation du fugitif Xavier Dupont de Ligonnès en Ecosse, le procureur de Nantes a ouvert une enquête à propos des fuites policières en France qui ont mené à ces fausses révélations.

Le procureur de Nantes Pierre Sennès a ouvert une enquête sur les fuites policières intervenues lors de l'annonce de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès à Glasgow, a-t-il fait savoir le 17 octobre. «L'enquête a été confiée à l'inspection générale de police nationale (IGPN)», a précisé le magistrat.

Le soir du 11 octobre, des sources policières françaises avaient rapporté à plusieurs médias, dont l'AFP, que la police écossaise avait informé la France de l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès à son arrivée à Glasgow, dans un vol en provenance de Paris. Selon les informations de la police écossaise relayées par la police française, les empreintes de l'homme interpellé correspondaient à l'individu recherché après le meurtre de sa femme et ses quatre enfants en 2011, à Nantes. Un test ADN avait ensuite prouvé le lendemain qu'il ne s'agissait pas de la même personne.

La police écossaise a assuré, le 14 octobre, n'avoir «jamais confirmé, ni en public ni en privé» que l'homme interpellé à l'aéroport de Glasgow était Xavier Dupont de Ligonnès. Une source française proche de l'enquête a, elle, assuré que la police écossaise avait affirmé «à quatre reprises» à ses homologues français ainsi qu'au «magistrat de liaison» avoir arrêté Xavier Dupont de Ligonnès.

Xavier Dupont de Ligonnès, qui a disparu après le quintuple meurtre de sa famille, est activement recherché depuis cette date. Il a été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il a été filmé par la caméra d'un distributeur de billets, et, le 15, il a quitté à pied un hôtel de Roquebrune-sur-Argens (dans le Var) avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine. Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de la maison familiale, enroulés dans des draps et de la chaux.

Lire aussi : L'homme interpellé à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès d'après son test ADN

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»