Rouen : 5 235 tonnes de produits chimiques ont brûlé dans l'incendie de l'usine Lubrizol

Rouen : 5 235 tonnes de produits chimiques ont brûlé dans l'incendie de l'usine Lubrizol© Lou BENOIST Source: AFP
L'usine rouennaise de Lubrizol au lendemain de l'incendie, le 27 septembre 2019.

Ce 1er octobre, la préfecture de Seine-Maritime a dévoilé la liste des produits qui ont brûlé dans l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. Alors que de nombreux habitants demeurent inquiets, elle s'est voulue rassurante sur leur nocivité.

5 253 tonnes de produits chimiques dont plus de 60% d'«additifs multi-usages» ont été détruits dans l’incendie de l’usine Lubrizol, selon une liste publiée, le 1er octobre, sur le site internet de la préfecture de Seine-Maritime. «Tous les produits ne sont pas dangereux. La dangerosité dépend de la quantité présente, du devenir des molécules après avoir brûlé et de la manière dont on est exposé [contact cutané, inhalation, ingestion]», est-il précisé dans l’un des documents joints à la liste des produits incendiés.

La préfecture a également mis en ligne sur son site les 479 «fiches de sécurité» qui «précisent les caractéristiques des produits et les risques associés, notamment en cas de combustion».

L’administration a, en outre, informé que la campagne de prélèvements effectués dans l’air, l’eau, les sols et les aliments engagée «dès le début de l’accident» serait complétée, si nécessaire, «afin de procéder à une évaluation quantitative des risques sanitaires qui se déroulera pendant plusieurs semaines».

Cette communication de la préfecture était attendue : quelques heures plus tôt, devant les députés, le Premier ministre Edouard Philippe avait promis que le préfet de Normandie, Pierre-André Durand, rendrait «publique la liste des produits stockés dans les bâtiments qui ont brûlé et les quantités de ces produits».

En outre, ce même 1er octobre, la préfecture de Normandie a assuré qu'il n'y avait pas de «risque avéré» lié à l'amiante dans l'air, selon les premiers relevés réalisés au lendemain de l'incendie, tout en évoquant 160 fûts «en état délicat» qui attendent toujours d'être évacués.

Mais les déclarations des autorités n'ont, pour l’heure, guère réussi à apaiser les inquiétudes des habitants. Le 1er octobre encore, quelques centaines de personnes ont manifesté du palais de justice de Rouen à la préfecture, pour réclamer la «vérité» sur l’incendie de l'usine et ses conditions sanitaires. La veille, des centaines de Rouennais avaient déjà manifesté, devant les locaux du conseil de la métropole de Rouen fermés au public, où se tenait une réunion à laquelle a pris part le préfet de la Seine-Maritime, Pierre-André Durand. Certains d'entre eux avaient tenté de forcer l'entrée du bâtiment où se trouvait le préfet, sans succès.

Auteur: RT France

Lire aussi : Odeur, nausées, vomissements : à Rouen, le feu est éteint mais l'inquiétude persiste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»