«Je vous emmerde la LDH» : des observateurs frappés et insultés par des policiers à Toulouse

«Je vous emmerde la LDH» : des observateurs frappés et insultés par des policiers à Toulouse© Frédéric Aigouy / RT France
Un observateur de la LDH lors de la manifestation des Gilets jaunes le 28 septembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

Dans une rue vide de Toulouse, cinq observateurs de la LDH, de la fondation Copernic et du Syndicat des avocats, ont été malmenés par les forces de l'ordre à coup de gaz lacrymogènes, de matraques et d'insultes. Vidéos.

«Je vous emmerde la LDH», «vous nous p**** les c*******», voilà ce qu'a répondu un agent des forces de l'ordre à un observateur de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) des pratiques policières qui protestait contre la façon dont lui et ses camarades venaient d'être malmenés en marge de la manifestation des Gilets jaunes lors de l'acte 46 à Toulouse le 28 septembre.

Alors qu'ils se trouvaient en compagnie d'un seul manifestant, dans une rue vide, ces cinq observateurs, mandatés par la LDH, la fondation Copernic et le Syndicat des avocats de France, ont été sommés de se disperser avant d'être rapidement aspergés des gaz lacrymogènes et, pour certains, frappés à coups de matraques. C'est ce dont ont témoigné des observateurs et notre journaliste Frédéric Aigouy qui a filmé les scènes. Lui aussi a été pris à partie malgré son identification claire comme journaliste.

Contusions et côte fêlée

Trois observateurs ont été touchés, deux ayant reçu des coups de matraque et l’un souffrant de «contusions et d’une côte fêlée», a confirmé la LDH de Toulouse au HuffPost

Répondant à notre journaliste, un membre des observateurs de la LDH raconte : «il n'y avait que nous et un manifestant. On était près d'eux comme d'habitude puisque pour observer, il faut être près. Ils ont fait des sommations, disant : tout le monde y compris vous, or, tout le monde c'était nous».

«Il y a un de nos camarades qui a mal aux côtes, le manifestant a pris un coup de matraque, je l'ai vu», raconte encore le militant des droits de l'Homme.

La scène a été filmée par notre journaliste Frédéric Aigouy qui a reçu lui-même, par deux fois, des coups de matraque de la part de deux agents des forces de l'ordre, à quelques secondes d'intervalle, alors qu'il leur signifiait qu'il était de la presse.

La Ligue des droits de l'Homme a immédiatement publié un communiqué. «Insultés, menacés, gazés, frappés alors qu'ils ne faisaient que remplir la mission qui leur a été confiée par leurs organisations», lit-on dans le texte partagé par la LDH qui s'interroge sur degré de contrôle de la hiérarchie de la police.

La LDH rappelle à cette occasion que, dans un courrier du 25 septembre, à l'attention du Préfet et du directeur de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), les membres de l'Observatoire toulousain des pratiques policières interpellaient ces deux plus hauts responsables locaux de l'ordre public sur le traitement qui leur est réservé par les policiers sur le terrain. 

Environ un millier de personnes ont battu le pavé à Toulouse le 28 septembre et la police a, à plusieurs reprises, fait usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau. 

Les forces de l’ordre ont été la cible de «projectiles, d’outrages et d’injures» et ont procédé à cinq interpellations, selon un communiqué de la préfecture.

Lire aussi : Acte 46 à Toulouse : un journaliste RT France matraqué par des membres des forces de l’ordre (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix