Soignants, avocats et personnels aériens manifestent à Paris contre la réforme des retraites

Auteur: RT France

Avocats, personnels de l'air, soignants... Les régimes autonomes de retraites sont dans le viseur du gouvernement qui réformera prochainement tous les régimes pour créer un système unique. Les professions concernées manifestent à Paris.

Plusieurs milliers d'avocats, accompagnés de professionnels du soin (médecins, infirmiers, soignants) ou du secteur aérien (pilotes, hôtesses, stewards, sécurité civile), tous opposés au «système universel» de retraites voulu par le gouvernement, manifestent ce 16 septembre à Paris pour défendre leurs «régimes autonomes».

Un journaliste reporter de RT France est sur place pour aller à la rencontre des manifestants et des élus, notamment le député insoumis Ugo Bernalicis qui s'est joint au rassemblement pour s'opposer à la réforme des retraites : «Les avocats m'ont expliqué que leur régime de retraite, leur caisse autonome, allait être complètement dézinguée par le système de retraites par points qui allait être mis en place. Donc ils vont être mangés à la même sauce que tout le monde.»

Dans la ligne de mire des manifestants : le futur système universel de retraites préconisé par le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, qui se traduira par une forte hausse des cotisations des indépendants et la disparition de leurs caisses. Cette manifestation est doublée d'une grève des audiences qui s'annonce très suivie, avec la quasi-totalité des 164 barreaux français «mobilisés» selon la Conférence des bâtonniers.

Le cortège de robes noires, également parsemé de quelques blouses blanches, est parti peu après 14h de la place de l'Opéra en direction de Nation, à l'appel du Conseil national des barreaux (CNB), rejoint par d'autres organisations professionnelles au sein du collectif SOS Retraites. Au son des sifflets et des sirènes, les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «une retraite pas la traite» ou encore «retraite plus chère justice précaire».

Le docteur Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre (UFML), a déclaré à l'AFP : «Nous ne sommes pas des régimes spéciaux, nos caisses sont bénéficiaires et nous entendons les garder.»

Pour contenir ce nouveau mouvement social, le Premier ministre Edouard Philippe a chargé Jean-Paul Delevoye de rencontrer les représentants des 42 régimes amenés à s'éteindre, pour «dresser un état des lieux» et «fixer un calendrier de travail». Le haut-commissaire aux retraites tout récemment nommé doit donc recevoir le 17 septembre les responsables du CNB, de la Caisse Nationale des Barreaux Français (CNBF) et de la Conférence des bâtonniers en compagnie du garde des Sceaux.

Lire aussi : Le «Monsieur Retraite» du gouvernement cumule son salaire avec plusieurs pensions... de retraite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»