Valeurs actuelles accuse Facebook d'avoir censuré une publication sur Génération identitaire

Valeurs actuelles accuse Facebook d'avoir censuré une publication sur Génération identitaire© ROMAIN LAFABREGUE / AFP Source: AFP
Génération identitaire lors de l'opération Defend Europe dans les Alpes en avril 2018.

L'hebdomadaire Valeurs actuelles s'est plaint d'avoir repéré que l'une de ses publications concernant Génération identitaire soit censurée par Facebook pour «non-respect des règles sur les individus et organismes dangereux».

Valeurs actuelless'affirme «victime» d'un acte de censure après la suppression d'une de ses publications sur le réseau social Facebook, faisant la promotion d'un article publié le 12 septembre et titré «Alex Hugo contre les "identitaires" : quand la télévision publique fait sa propagande pour les migrants». Le texte se voulait être une critique d'un épisode de la série Alex Hugo (France 2), accusé de caricaturer à outrance l'action des militants de Génération identitaire, notamment leur opération d'avril 2018 au col de l'Echelle

Promotion d'«individus et organismes dangereux»

Dans la notification d'«infraction» aux règles transmise par le réseau social et retranscrite par Valeurs actuelles, Facebook évoque une entorse à ses règles sur les «individus et organismes dangereux». Et l'hebdomadaire de préciser, renseignements sur la politique de modération du réseau social pris, que ce motif de suppression entrait dans la rubrique «violence et comportement criminel». 

Dans cette rubrique, consultable sur Facebook, est spécifié : «Afin d’éviter et d’empêcher toute nuisance et tout danger réel, les organisations ou individus qui revendiquent des objectifs violents ou qui sont impliqués dans des activités violentes ne sont pas les bienvenus sur Facebook.» Le réseau donne pour exemples «les organisations et les individus impliqués» dans des «activités terroristes», «la haine organisée», «les meurtres de masse ou en série», «la traite des personnes», «la violence ou les activités criminelles organisées».

Facebook a par ailleurs assuré dans sa notification que les «standards de la communauté ont pour objectif d’encourager l’expression et de créer un environnement sûr».

Trois membres de Génération identitaire ont été condamnés, le 28 août dernier, à six mois de prison ferme et l'organisation à une amende de 75 000 euros, soit le montant maximal possible, pour l'action du col de l'Echelle. De lourdes peines, justifiées selon le tribunal par des faits «extrêmement graves», comme un durable «trouble à l'ordre public» ou le «passé pénal des prévenus».

La sévérité de la condamnation est depuis largement critiquée, notamment par des personnalités marquées à droite. Les trois condamnés ont fait appel de la décision. 

Lire aussi : Migrants : une fresque géante sur le Champ de Mars rend hommage à l'action de SOS Méditerranée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»