Un justificatif de revenus pour bénéficier de la PMA ? L'étrange demande d'une députée LREM

Un justificatif de revenus pour bénéficier de la PMA ? L'étrange demande d'une députée LREM© Thomas Samson Source: AFP
Béatrice Piron, députée LREM (image d'illustration).

Une députée LREM a proposé de réserver la PMA aux personnes pouvant justifier des revenus suffisants, arguant qu'élever un enfant coûtait cher. Sa demande a été rejetée, jugée «contraire au principe même du système de solidarité nationale».

Pour l'heure réservé aux couples hétérosexuels qui rencontrent des difficultés de conception, le processus de procréation médicalement assistée (PMA) fait l'objet de débats particulièrement intenses à l'occasion de la rentrée politique, notamment sur sa potentielle extension aux couples de femmes et femmes célibataires, envisagée dans le cadre du projet de loi de bioéthique présenté le 24 juillet en Conseil des ministres. 

Dans la nuit du 10 au 11 septembre, Béatrice Piron, députée LREM des Yvelines, a pour sa part proposé un amendement visant à réserver la PMA aux personnes pouvant «justifier de revenus susceptibles de permettre [leur] subsistance et celle de l’enfant à naître», arguant qu'élever un enfant coûtait cher.

Co-rapporteur du projet de loi bioéthique, le député LREM du Rhône Jean-Louis Touraine a rendu un avis défavorable, considérant l’amendement «contraire au principe même d[u] système de solidarité nationale». Et l'ancien premier adjoint au maire de Lyon de justifier sa position en rappelant que la Sécurité sociale prévoyait «cette modalité de solidarité». «Il nous faut faire confiance aux équipes pluridisciplinaires s’il y a occasionnellement à détecter des situations de grande fragilité qui, bien sûr, à ce moment-là, doivent être identifiées et méritent soit un accompagnement, soit une décision négative, en tout cas que la décision soit éclairée», a-t-il poursuivi.

Conformément à la promesse de campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, le gouvernement veut permettre une extension de la PMA en supprimant le «critère médical d'infertilité».

Le volet de la gestation pour autrui (GPA) reste quant à lui tout à fait clos et la loi interdit de recourir à une mère porteuse en France. A ce sujet, le ministre de la Justice insistait au mois de juillet : «On ne revient pas dessus.»

Lire aussi : Opposée à la «PMA pour toutes», la députée Agnès Thill exclue de LREM pour des propos «blessants»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»