Royaume-Uni : même les mains liées, Boris Johnson s'engage à faire appliquer le Brexit sans report

Royaume-Uni : même les mains liées, Boris Johnson s'engage à faire appliquer le Brexit sans report© Parliament TV via REUTERS
Boris Johnson.

A l'approche de la date actuellement fixée pour le Brexit, le bras de fer se poursuit entre Boris Johnson et les députés britanniques, majoritairement opposés à une sortie de l'UE sans accord. Le Premier ministre se montre plus déterminé que jamais.

Les obstacles se multiplient pour Boris Johnson qui, depuis son arrivée au 10 Downing street le 24 juillet, s'est fixé l'objectif de refuser tout nouveau report du Brexit afin de le faire appliquer à la date actuellement fixée au 31 octobre, soit près de trois ans et quatre mois après le référendum de juin 2016 sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

Peu importe le nombre de dispositifs que le Parlement invente pour me lier les mains, je m'efforcerai d'obtenir un accord dans l'intérêt national

Ce 10 septembre, le Premier ministre britannique a ainsi expliqué que son gouvernement poursuivait la négociation d'un accord, «tout en se préparant à une sortie sans accord». Boris Johnson s'est montré déterminé face à ses adversaires de la Chambre des communes, majoritairement opposés à une sortie de leur pays de l'UE sans accord. «Peu importe le nombre de dispositifs que le Parlement invente pour me lier les mains, je m'efforcerai d'obtenir un accord dans l'intérêt national [...] Le gouvernement ne reportera pas le Brexit», a-t-il déclaré.

Le discours de l'ancien maire de Londres s'inscrit dans un contexte politique particulièrement délicat puisque les membres du Parlement redoublent d'efforts pour faire échouer son engagement. Dans la nuit du 9 au 10 septembre, ils ont rejeté l'organisation de législatives anticipées demandées par Boris Johnson. Une semaine plus tôt, les députés adoptaient par 328 voix contre 301 une motion visant à prendre le contrôle de l'agenda parlementaire, normalement détenu par le gouvernement. L'adoption de cette motion avait alors débouché sur l'adoption, le 4 septembre, d'une autre motion contraignant le Premier ministre à demander à l'UE un nouveau report du Brexit au 31 janvier 2020, au cas où aucun accord de retrait ne serait conclu avec Bruxelles dans les prochaines semaines.

De son côté, anticipant l’hostilité croissante des députés à son égard, Boris Johnson avait annoncé le 28 août que les travaux du Parlement seraient suspendus la deuxième semaine de septembre et jusqu'au 14 octobre. «Si je réussis à conclure un accord avec l'UE, le Parlement pourra alors passer la loi pour la ratification de l'accord avant le 31 octobre», avait-il déclaré, précisant que les semaines à venir étaient «vitales pour [les] négociations avec l'UE».

Lire aussi : Brexit : Boris Johnson est-il vraiment dans le «déni de démocratie» ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»