La grande muette face aux affaires de viols en Afrique

Le ministre de la Défense a du soucis à se faire devant la multiplication des scandales. Source: Reuters
Le ministre de la Défense a du soucis à se faire devant la multiplication des scandales.

La justice française a ouvert, vendredi, une enquête préliminaire concernant le viol d’une jeune centrafricaine par un soldat français. Des accusations qui se multiplient.

C’est la dernière affaire sordide en date sur la liste. Une liste qui doit commencer à embarrasser sérieusement l’hôtel de Brienne. Une jeune centrafricaine accuse un soldat français de la force Sangaris de l’avoir violé à l’été 2014. Le militaire, engagé dans cette opération déclenchée en 2013, pour stabiliser la situation en Centrafrique, serait également le père d’un enfant né en avril et issu du viol selon les déclarations de la jeune femme.

Ce sont des fonctionnaires de l’ONU qui ont recueilli les informations. Ils ont évoqué «une jeune fille probablement en fin d’adolescence au moment des faits». En date du 30 août, les employés onusiens ont transmis les accusations au Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme. Elles ont atterri jeudi sur les bureaux du ministère de la Défense. «Dès réception de ces éléments, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a immédiatement saisi le parquet de Paris en vertu de l'article 40 du Code de procédure pénale», a déclaré un peu plus tôt l'hôtel de Brienne.

Vendredi, une enquête pour viol par personne usant de son autorité a donc été ouverte. Elle sera conduite la gendarmerie prévôtale, le service chargé des investigations concernant les forces militaires françaises engagées à l'étranger. L'enquête préliminaire visera notamment à étayer, ou non, les accusations portées par la jeune femme.

Des cas encore plus graves

La justice enquête déjà sur des accusations de viols qui auraient été commis entre décembre 2013 et juin 2014 par des soldats français, toujours en Centrafrique. Cette fois, ce ne sont pas moins de quatorze membres de l’armée qui sont visés. Les présumées victimes sont tous des enfants âgés de huit à treize ans. Des soldats originaires du Tchad et de Guinée équatoriale seraient également impliqués.

Révélée par le quotidien britannique The Guardian en avril dernier, l’affaire avait suscité une volée de critiques à destination de l’armée. Les autorités françaises avaient été informées de ces accusations par un cadre humanitaire suédois des Nations unies, Anders Kompass en juillet 2014. Soit près d’un an avant. A l’époque, le porte-parole du ministère de la Défense, Pierre Bayle, avait affirmé qu'il n'y avait «aucune volonté de cacher quoi que ce soit». Le mal était fait. Les quatorze soldats impliqués n’ont, jusqu’à présent, pas été entendus.

En juillet dernier, un autre scandale avait éclaboussé l’uniforme tricolore. Cette fois, un membre des forces spéciales est accusé d’attouchement sur deux petites filles au Burkina Fasso. Il était accompagné d’un autre soldat français. Les premiers éléments de l’enquête font état de gestes à caractère sexuel réalisés par l’un des hommes alors que les fillettes se baignaient dans une piscine. La mère des victimes, après avoir sympathisé avec les soldats, les a invité à boire un verre à son domicile. C’est là qu’un des militaires aurait oublié sa caméra portative contenant les images du crime. Ils ont été suspendus de leur fonction.

Concernant l’auteur présumé, âgé de 38 ans, le parquet de Paris avait requis le placement en détention provisoire. Un magistrat spécialisé a décidé de sa remise en liberté. Le second militaire impliqué, âgé de 36 ans, a également été remis en liberté sans qu'aucune charge ne soit retenue à son encontre jusqu’ici.

La France, loin d’être la seule mise en cause

Récemment, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, a déclaré que les agressions sexuelles présumées par des soldats de la paix sont «un cancer dans notre système». Et pour cause, ce genre d’affaires n’est pas l’apanage de l’hexagone.

Fin août, trois casques bleus ont été mis en cause dans trois nouveaux cas de viols en Centrafrique dont un concernant une victime mineure. Les familles ont elles-mêmes signalé les cas à la Minusca, la force de l’ONU déployée dans le pays. Devant le scandale, son chef Babacar Guaye, a été contraint à la démission.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales