Des otages du Bataclan publient une tribune en soutien à la BRI

Des otages du Bataclan publient une tribune en soutien à la BRI© Benoit Tessier
La devanture du Bataclan, le 13 novembre 2018, à Paris (image d'illustration).

Sept anciens otages qui se trouvaient au Bataclan le 13 novembre 2015 ont mis en ligne une tribune afin d'apporter leur soutien à la BRI. Il y dénoncent «le manque de tact et de respect que l’Etat fait subir au service».

«Il est pour nous logique et naturel de défendre les hommes qui ont risqué leurs vies pour sauver la nôtre.» C’est ainsi que se conclut la tribune rédigée par sept survivants du drame survenu au Bataclan le 13 novembre 2015. Mise en ligne sur les réseaux sociaux par l’un d’entre eux le 14 août, elle appelle les pouvoirs publics à revoir leur stratégie vis-à-vis de la Brigade de recherche de d’intervention, plus connue sous l’acronyme BRI ou encore sous l’appellation Antigang.

David, Grégory, Caroline, Stéphane, Marie, Arnaud et Sébastien se trouvaient tous dans l’enceinte de la salle de spectacle lorsqu’un groupe composé de trois terroristes a fait irruption dans le théâtre pendant un concert du groupe de rock Eagles of Death Metal. Ce commando a assassiné froidement 90 personnes avant que la BRI n’intervienne pour libérer les otages.

Les sept rescapés souhaitent mettre en garde contre une possible disparition de l’unité telle qu'elle existe. «A l’heure où nous avons tous besoin de belles histoires, de héros, la BRI et ses hommes en noir mondialement reconnus et adulés, la BRI et ses valeurs, la BRI et ses hommes au grand cœur va être dissoute», préviennent-ils expliquant que la brigade serait «sous le coup d’une réforme de grande ampleur de la Préfecture de police de Pars».

Grégory, un des signataires de la tribune, rappelle à France Culture que s’il a survécu «c’est grâce à l’intervention de la BRI». Il loue le «sang-froid» et le «courage» des hommes qui la composent. «C’est une intervention qui a fonctionné. Et les choses qui fonctionnent, il ne faut pas les détruire mais les consolider», s’alarme-t-il.

Vers une réforme des brigades d'intervention ?

Si ces anciens otages pensent à une possible dissolution du groupe, les éléments actuellement à notre disposition ne permettent pas d’affirmer l’existence d’une telle stratégie. Un rapport a bien été remis sur le sujet à Christophe Castaner par le préfet de Paris, Didier Lallement, ce que confirme un cadre de la BRI à Franceinfo, dans lequel il est question de réformer la BRI mais pas de la dissoudre. Elle pourrait passer sous le commandement du RAID, le groupe d’intervention de la police nationale.

Si rien n’est encore acté, le regroupement possible des unités d’intervention (BRI, RAID et GIGN) est un sujet récurent, encore plus après des attentats, qui apparaît comme un chantier pharaonique tant la concurrence est rude entre ces groupes d’élite. De son côté, le ministère de l’Intérieur confie à France Inter qu’aucune décision n’a encore été prise mais que la question se pose bien afin de «rendre les services plus efficaces dans toutes leurs dimensions».

Un argument qui ne convainc pas les rescapés du Bataclan qui fustigent dans leur texte «le manque de tact et de respect que l’Etat fait subir au service». Ils demandent que «l’Etat soit clair, précis et respectueux envers ces policiers qui, chaque jour, s’appliquent à rendre Paris plus sûr». En tant qu’anciens otages ils se disent «profondément» désolés par cet embryon de réforme.

Néanmoins, la préfecture de police, interrogée par Franceinfo, répète que «rien n’est acté». Les fonctionnaires de la BRI espèrent eux avoir du nouveau sur leur future situation d’ici la rentrée, au risque d’être les derniers à découvrir le pot aux roses. Auprès de France Inter, un officier de la brigade s'est dit très touché par la tribune publiée par les survivants des attaques terroristes du 13 novembre 2015.

Lire aussi : Un Bosnien suspecté de liens avec l'attentat du Bataclan arrêté en Allemagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»