Perpignan : les surveillants pénitentiaires alertent sur l'arrivée de nouveaux détenus radicalisés

Perpignan : les surveillants pénitentiaires alertent sur l'arrivée de nouveaux détenus radicalisés© RAYMOND ROIG Source: AFP
Les surveillants manifestaient en mars 2019 après qu'un détenu avait gravement blessé deux d'entre eux à l'arme blanche (image d'illustration).

Alors que le centre pénitentiaire de Perpignan lance des travaux pour accueillir des détenus issus de l'islam radical, les syndicats dénoncent des travaux bâclés et craignent que ces prisonniers ne puissent en radicaliser d'autres.

Interrogé par France Bleu, le secrétaire du syndicat UFAP à la prison de Perpignan, Pierre Grousset s'exclame : «On marche sur la tête !» Le syndicaliste pénitentiaire dénonce les conditions dans lesquelles les nouveaux prisonniers musulmans radicaux seront détenus dans le centre de Perpignan. A l'en croire, la structure ne serait pas adaptée pour isoler ce public particulier des autres détenus. Il souligne que ces derniers seront installés à seulement quelques mètres des prisonniers les plus dangereux du centre de détention : «D'après un protocole de 2018, ces TIS [terroristes islamistes] doivent être placés dans un quartier de la prison totalement "étanche" du reste de la population. Dans ce quartier d'isolement où la direction veut installer les cellules, il y a des détenus ingérables, avec des problèmes psychologiques. Ils sont donc influençables pour commettre des attentats à l’intérieur de la prison, mais aussi à l’extérieur.»

Mais au-delà du risque contamination idéologique, les surveillants pénitentiaires de Perpignan craignent pour leur sécurité : «On souhaite plus d'effectifs. Pour le moment, il manque sept agents sur le planning, sans compter les arrêts maladie. On veut également des formations pour faire face à ce public particulier», réclame le syndicaliste.

Et d'alerter : «J'ai visité les futures cellules. La direction va sceller au sol le mobilier, mais il faut être logique, les détenus vont pouvoir arracher ça rapidement. Il faut des cellules d'un seul et même bloc.»

Les agents du centre pénitentiaire font planer la menace d'une grève si leurs inquiétudes ne sont pas entendues.

Lire aussi : Le gouvernement s'inquiète d'une «porosité» entre délinquance et radicalisation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»