Gilets jaunes : Macron ne croit «pas du tout» que ce qui a généré la «colère» soit résolu

Gilets jaunes : Macron ne croit «pas du tout» que ce qui a généré la «colère» soit résolu© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Source: AFP
Manifestation des Gilets jaunes le 23 mars 2019 à Metz (Moselle) (image d'illustration)

Huit mois après son irruption, la mobilisation des Gilets jaunes a perdu en ampleur. Pourtant, même le président de la République considère que les facteurs ayant généré cette mobilisation n'ont pas disparu.

Le président de la République s'est fendu d'aveux sur divers sujets politiques, lors d'un échange avec la presse le 27 juillet à Bormes-les-Mimosas (Var), au troisième jour de ses vacances au du fort de Brégançon.

Je ne crois pas du tout que ce qui a créé une colère sincère d'une partie de la population soit derrière nous

Interrogé notamment sur la crise des Gilets jaunes, le chef de l'Etat a déclaré, selon des propos rapportés par le Journal du Dimanche : «Il y a des problèmes profonds dans notre pays qui sont liés à l'injustice, aux difficultés économiques qu'on connaît depuis très longtemps, aux défis qu'on a devant nous, liés au vieillissement, au numérique, à l'écologie... Je pense que ceci crée des peurs. Notre défi, c'est d'y répondre. Et je ne crois pas du tout que ce qui a créé une colère sincère d'une partie de la population soit derrière nous.» 

«Je pense qu'il y a une partie à laquelle nous avons su répondre, il y a une partie à laquelle nous n'avons pas encore répondu parce que ça prend du temps, il y a aussi une colère à laquelle il n'y a pas forcément de réponses immédiates», a-t-il également déclaré, selon l'AFP.

Emmanuel Macron a ajouté qu'il fallait «continuer à agir concrètement pour nos concitoyens à la rentrée». «Il faut, non pas chercher à éteindre les peurs, mais [...] redonner une perspective», a-t-il aussi dit. 

Plus d'un mois auparavant, lors d'un discours à Genève en juin, le président de la République avait reconnu une «erreur fondamentale» de méthode de l'exécutif après plusieurs mois d'une «crise très dure». «Nous avons peut-être parfois construit des bonnes réponses trop loin de nos concitoyens, en considérant qu'il y avait des "sachants" et des "subissants"», avait-il alors jugé.

Lire aussi : Plusieurs centaines de Gilets jaunes défilent à Paris, notamment contre la réforme des retraites

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»