Mort d'un Guinéen près de Rouen : un suspect interpellé

Mort d'un Guinéen près de Rouen : un suspect interpellé© Googlemaps
L'entrée des urgences au CHU de Rouen (image d'illustration)

Un homme soupçonné d'être l'auteur de l'agression mortelle d'un Guinéen a été interpellé. De source policière, le suspect, né en 1990, présente des «antécédents psychiatriques». Les faits ont été qualifiés de «racistes» par les proches de la victime.

Selon plusieurs médias, le 21 juillet, un enseignant chercheur guinéen âgé de 31 ans du nom de Mamoudou Barry, a perdu la vie à la suite d'une altercation avec un «supporter maghrébin», peu avant la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) le 19 juillet opposant les Algériens au Sénégal.

Ce 22 juillet, un homme soupçonné d'être l'auteur de l'agression mortelle a été interpellé selon les informations de l'AFP qui évoque une source policière. Le suspect, né en 1990, a été interpellé «ce matin à Rouen à 9h30» et a des «antécédents psychiatriques», a précisé cette source, et ne serait pas maghrébin mais de nationalité turque.

Qualifiée de «crime raciste» par l'avocat de la famille, les faits ont provoqué l'émoi et de nombreuses réactions politiques.

Une agression à caractère raciste ?

Les faits se seraient déroulés à Canteleu, près de Rouen, selon France 3 Normandie. D'après le témoignage d'«un proche de la victime» contacté par 20 Minutes, ce supporter aurait pris Mamoudou Barry pour un Sénégalais et lui aurait lancé une insulte raciste, alors que celui-ci était au volant de son véhicule «avec sa femme». Mamoudou Barry serait sorti de sa voiture pour s'expliquer avec l'individu et aurait reçu «au moins un coup au visage», selon ce proche. Il aurait «chut[é] lourdement» et se serait «blessé à la nuque». Transféré à l'hôpital le 19 juillet vers 20h, le jeune père de famille a perdu la vie le lendemain, selon 20 Minutes.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a confirmé sur Twitter le décès : «Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller l’auteur de l’agression qui a coûté la vie à Mamadou Barry. Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux. Mes premières pensées vont à ses proches dont je partage l’émotion et l’indignation.»

Aissata Kéita, enseignant chercheur à l'Université de Rouen, lui aussi Guinéen et «ami proche» de la victime selon l'AFP a relaté les faits auprès de l'agence de presse : «L'agresseur les a pointés du doigt et a dit : "Vous les sales noirs, on va vous niquer ce soir".» Si Aissata Kéita avait confirmé que l'agresseur était «de type maghrébin», «on ne sait pas si c'est un Algérien», avait-il précisé, parlant d'une «agression raciste».

Mamoudou Barry serait descendu de sa voiture pour demander des explications à son agresseur qui l'aurait alors roué de coups. «C'est au 4e coup qu'il est tombé sur la nuque», a ajouté Mamoudou Kéita, qui a raconté avoir été aussitôt appelé par la femme de la victime.

L'agression a, selon lui, été filmée par des caméras de vidéosurveillance et s'est déroulée devant plusieurs témoins. «La police fait très bien son travail. Elle a pris l'affaire à bras-le-corps», a-t-il salué.

«Débordant de projets, Mamoudou Barry forçait, par son travail, l'admiration de ses collègues et de ses étudiants», a réagi Joël Alexandre, président de l’Université de Rouen-Normandie, dans un communiqué.

Le site internet Guinée réalité a rapporté les propos de l’ambassadeur de la Guinée en France, Amara Camara : «C’est une grosse perte pour nous. Un jeune brillant tué par le fait d’une bêtise humaine.»

Lire aussi : Saône-et-Loire : un jeune homme de 21 ans meurt en marge de la victoire de l’Algérie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»