Evacuation polémique d'écologistes : le commandant des CRS s'est évanoui à cause du gaz lacrymogène

Evacuation polémique d'écologistes : le commandant des CRS s'est évanoui à cause du gaz lacrymogène© RT France
Les CRS interviennent sur le pont de Sully à Paris le 28 juin 2019.

Selon des révélations de Mediapart, le commandant de la Compagnie républicaine de sécurité qui conduisait l'intervention au pont de Sully à Paris le 28 juin a lui-même perdu connaissance à cause du gaz lacrymogène utilisé lors de l'évacuation.

Selon les informations du site d'investigation Mediapart publiées le 14 juillet, lors de l'évacuation du pont de Sully à Paris investi par des activistes écologistes le 28 juin à Paris (Ve arrondissement), le commandant qui dirigeait la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) s'est évanoui pendant l'opération. Le pureplayer a eu accès à un compte-rendu rédigé par des policiers présents. On peut y lire à propos de ce commandant qu'il a perdu «connaissance par suffocation de gaz lacrymogène». Mediapart précise que plus de cinq litres de gaz ont été utilisés entre 13h14 et 13h39 ce jour-là, soit 10 conteneurs de gaz CS en 25 minutes.

On frôle le ridicule. C’est l’arroseur arrosé

Selon cette même source, l'opération s'est donc déroulée très rapidement : «13h06 : premières sommations par TI [technicien d’intervention]. 13h12 : réitération des sommations. 13h14 : utilisation à quatre reprises de conteneurs lacrymogènes.»

Un policier d'intervention interrogé par Mediapart a estimé : «C’est violent. [...] Mais il ne faut pas oublier une chose : nous répondons à des ordres. Si le préfet ou son adjoint mettent la pression pour qu’on évacue, ça peut donner ce genre de résultat chaotique avec un commandant qui en perd lui-même connaissance. On frôle le ridicule. C’est l’arroseur arrosé.»

Concernant la dangerosité du gaz lacrymogène de type CS, le syndicat de police ViGi avait déjà tiré la sonnette d'alarme le 6 juin 2019 dans un communiqué de presse et réclamé un changement de gaz pour une munition moins nocive plus proche du «gaz poivre» : «Pourquoi ignorer ces données scientifiques nombreuses publiées depuis des années en anglais, connues et reconnues mondialement en tout cas dans toutes les démocraties et qui ont fait que l’agent CS a été depuis des années déjà remplacé majoritairement par le "gaz poivre" produit à partir d’extraits de piment, un autre agent beaucoup moins nocif à court et moyen terme, tout en étant aussi efficace "sur le champ" ?»

Parmi les effets les plus graves recensés par les syndicalistes : des fausses couches pour les femmes enceintes, des réaction d'hypersensibilité multi-systèmes avec six mois de soins intensifs en service d’urgence, des syndromes de dysfonctionnement des voies respiratoires réactives pouvant durer plusieurs années avec des hospitalisations récurrentes et des obstructions graves des bronches et du larynx jusqu'à 21 jours après l'exposition.

Lire aussi : L'IGPN va enquêter sur l'évacuation musclée de la manifestation écologiste parisienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»