Ventes anormales d'acide chlorhydrique à la veille du 14 juillet : police et pompiers s'inquiètent

Ventes anormales d'acide chlorhydrique à la veille du 14 juillet : police et pompiers s'inquiètent© Pascal Pochard-Casablanca Source: AFP
Des individus lancent des cocktails Molotov à Corte (image d'illustration).

Plusieurs magasins de l'Essonne ont alerté la police après avoir vu leurs stocks d'acide chlorhydrique épuisés à la veille de la fête nationale. Les forces de l'ordre redouteraient la confection de bombes artisanales.

Selon Le Parisien, des ventes anormalement élevées d'acide chlorhydrique dans plusieurs magasins de bricolage franciliens inquiéteraient les autorités. Celles-ci redouteraient que ce produit ne serve à confectionner des bombes artisanales.

Depuis le 13 juillet, plusieurs autorités seraient en état d'alerte : police, pompiers, gendarmes... Des magasins de bricolage de l'Essonne ont en effet vu leurs stocks d'acide chlorhydrique fondre en quelques heures. 

Le magasin Weldom d'Etampes a jugé nécessaire d'opérer un signalement auprès de la police, notamment après avoir été contraint de refuser des ventes face à une demande anormalement élevée de la part de certains clients. D'autres enseignes, comme le Castorama de Montgeron-Vigneux-sur-Seine, ou le Bricorama de Villabé, ont été confrontés au même problème et ont à leur tour décidé d'alerter les forces de l'ordre après l'épuisement de leur stock en une seule journée.

Usuellement, l'acide chlorhydrique est utilisé à des fins domestiques et sert à déboucher des canalisations, ou à détartrer. «Mais à la veille du 14 Juillet, on craint que ce soit utilisé pour réaliser des pétards ou des cocktails Molotov», explique une source policière au Parisien. «Ça peut être jeté sur nos collègues», ajoute-t-elle.

Sachant que ce produit a été vendu en de telles quantités, on n'engagera pas nos personnels

Du côté des pompiers, l'inquiétude semble tout aussi vive. L'un d'eux, interrogé par Le Parisien, explique : «Sachant que ce produit a été vendu en de telles quantités, on n'engagera pas nos personnels : on évaluera le risque et s'il n'y a pas de mise en péril pour des personnes, on laissera brûler.»

En effet, le produit en question peut également servir à confectionner des bombes artisanales. Extrêmement corrosif, il peut devenir explosif s'il est mélangé à d'autres substances et est utilisé dans ce but au cours d'épisodes de violences urbaines. Pour prévenir cet usage dévoyé, plusieurs préfectures en avaient interdit la vente aux mineurs en 2013, dont celle de la Somme. Des scènes de violences ont récemment éclaté dans le département de l'Essonne, qui expliquent sans doute les craintes des forces de l'ordre. Plusieurs affrontements entre bandes de jeune et forces de l'ordre ont agité les villes de Grigny et de Corbeil-Essonnes. Les fonctionnaires ont même essuyé des tirs de mortiers d'artifice après des matchs de la Coupe d'Afrique des nations (CAN).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»