Pollution au plomb après l'incendie de Notre-Dame : y a-t-il eu une volonté d'étouffer l'affaire ?

Pollution au plomb après l'incendie de Notre-Dame : y a-t-il eu une volonté d'étouffer l'affaire ?© Charles Platiau Source: Reuters
La cathédrale Notre-Dame de Paris en feu, le 15 avril.

Après l'incendie de Notre-Dame où 400 tonnes de plomb ont fondu, l'agence régionale de santé et la préfecture ont communiqué a minima, omettant d'informer sur des taux de contamination au sol jusqu'à 800 fois supérieurs aux normes.

Des taux de plomb au sol – un métal neurotoxique, reprotoxique et probablement cancérogène selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – jusqu'à 800 fois supérieurs aux seuils autorisés ont été relevés à l'intérieur et aux abords de Notre-Dame, plus de 15 jours après l'incendie du 15 avril. Ces données, qui devraient être portées à la connaissance des personnes s'approchant du périmètre de la cathédrale pour des raisons personnelles ou professionnelles sont pourtant restées confidentielles. 

«Nous sommes très inquiets du manque d'information auprès des travailleurs, mais aussi des usagers, des touristes. Le mot "plomb" est tabou dans le quartier. Il existe une omerta pour que le commerce du tourisme dont celui des triporteurs et des Bateaux-Mouches puisse perdurer», a déploré l'association de protection de l'homme et de l'environnement Robin des bois, interrogée par RT France.  

Nous sommes très inquiets du manque d'information auprès des travailleurs, mais aussi des usagers, des touristes

«Nous n'avions pas vu le relevé car il était inconnu de nos services. Nous n'avons pas pu nous le procurer car nous n'avions aucune information. Même dans les réunions, on ne nous ne fournit aucune donnée. A la réunion publique de la mairie du 4e, il nous a été dit qu’un relevé serait communiqué, que des mesures seraient prises, mais nous n'avons pas eu de nouvelles»,  explique Mathé Toullier, directrice de l'Association des victimes françaises du saturnisme (AVFS) à RT France.

Il a fallu une enquête de Mediapart, publiée le 4 juillet, pour que le document révélant ces taux ahurissants soit enfin dévoilé. Pourtant l'ingestion et l’inhalation de plomb exposent à une intoxication et sa maladie correspondante, le saturnisme se révèle particulièrement grave chez les femmes enceintes et les enfants car il provoque des atteintes des reins, de la moelle osseuse ou encore du système nerveux.

Dans cet article, sont révélées les mesures effectuées par plusieurs laboratoires dont celui de la préfecture de police de Paris, et présentées lors d'une réunion avec l'Agence régionale de santé (ARS) et des représentants de la mairie et de la préfecture le 6 mai. Dans la cathédrale, les taux de plomb dans la poussière des sols est 10 à 740 fois supérieurs aux seuils autorisés. À l’extérieur, près du chantier, dans les ponts et squares, les taux sont tout aussi préoccupants : de 2 à 800 fois supérieurs aux normes. 

Selon Médiapart, ni la préfecture, ni l’ARS n'ont souhaité rendre ces données publiques. La seule ride sur l'eau est apportée par un communiqué de l'ARS le 9 mai, plus de trois semaines après l'incendie, qui se veut rassurant, et conseille simplement aux riverains de faire leur ménage au linge mouillé pour ne pas disperser les poussières. «Les résultats des analyses révèlent qu'il n'y a pas de risque sanitaire lié au plomb en matière de qualité de l'air», écrivent-ils, affirmant que toutes les valeurs relevées sur l'île de la Cité sont inférieures au seuil réglementaire de 0,25 µg/m3.

La question cruciale des poussières contaminées

Pour l'air, cela semble entendu. Mais quid des seuils affolants des poussières au sol, soigneusement dissimulés par les diverses instances, de la préfecture à l'ARS en passant par l'inspection du travail ? Il est simplement fait mention de taux limités à 67 fois supérieurs aux seuils autorisés. Et l'ARS de conclure : «La présence de plomb, dans des quantités supérieures aux seuils réglementaires, ne peut avoir un impact sur la santé qu’en cas d’ingestions répétées.»

Un avis que ne partage pas la directrice de l'AVFS, qui estime que la question des poussières n'est pas anodine : «En marchant, on ramasse du plomb avec ses chaussures, ou le rapporte chez soi. Nous disposons aujourd'hui des données fournies par Médiapart et la carte, mais cela demeure insuffisant car on ne connaît pas les taux sur les façades et à l'intérieur des bâtiments.»

Et ces poussières toxiques ne se sont pas volatilisées. Pour preuve, du plomb, dont l'origine pourrait être attribuée à l'incendie de la cathédrale Notre-Dame a été identifié aussi tard que le 21 juin au sol de la station de Saint-Michel du RER C, distante de quelques centaines de mètres de l'édifice religieux. Elle a immédiatement été fermée pour nettoyage, la SNCF ayant souhaiter appliquer des mesures de précaution.

La mairie a également mené des opérations de décontamination effective dans les écoles et les crèches impactées. Une telle prudence n'a pas été de mise pour les abords immédiats de la cathédrale. Selon Mediapart, la mairie aurait proposé une décontamination du site d'une durée de deux semaines, réalisée par des hommes en scaphandre, d'un coût de 450 000 euros. Mais Mediapart assure que le ministère de la Culture aurait choisi de procéder différemment, optant pour un nettoyage rapide. Plus grave encore, les ouvriers travaillant sur le site n'ont pas, au début des opérations, bénéficié de protections suffisantes. 

Les ouvriers de Notre-Dame insuffisamment protégés

«Quand on est sur le site ou à proximité, on voit bien que les ouvriers portent un casque, mais pas de masque, pas de précaution avec les chaussures, les recommandations du ministère du Travail ne sont pas respectées», proteste l'association Robin des bois. Même écho chez Mathé Toullier : «Nous avons écrit à la préfecture de police, à la région, à l'ARS, à la mairie de Paris, à l’inspection du travail, à l’archevêché, et à l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). Ce sont les seuls à nous avoir répondu. Ils nous ont déclaré qu’au début, la protection n'avait pas été trop assurée, et que maintenant elle l’était à l’intérieur.»

Selon Médiapart, la conduite du chantier s'est fait sermonner le 19 juin par la Caisse régionale d’assurance maladie d’Ile-de-France (Cramif), qui a procédé à d'autres relevés : «Les taux de concentration en plomb dans les poussières sont élevés et largement au-dessus du seuil admissible. Les salariés sont donc toujours exposés à des risques d’intoxication.» 

Des protections insuffisantes à l'intérieur de la cathédrale, adoptées avec un temps de retard, mais qu'en est-il des abords ? Encore une fois, le flou règne sur la gestion de la prévention des risques. «Pendant un mois après la catastrophe, on voyait les balayeurs de la Ville de Paris balayer comme si de rien n'était. Je leur demandais : "Vous n’avez pas de recommandation ? L'ARS dit qu’il ne faut pas balayer à l’intérieur des appartements et vous, vous balayez la rue !"», confie l'association Robins des bois.

En ne disant rien, ils risquent de créer une bombe à retardement.

Qu'en est-il des victimes potentielles du plomb ? L'ARS n'a signalé qu'un seul cas d'enfant contaminé au plomb. «Nous savons qu’il y en a davantage», déclare Mathé Touiller. «Des familles nous ont téléphoné, et elles ont depuis quitté la région parisienne», explique-t-elle, sans donner davantage de précisions. «Un recteur de la cathédrale nous a aussi répondu qu’une femme enceinte avait été déplacée», ajoute-t-elle. Pour en savoir davantage, RT France a contacté l'ARS, qui a accepté de répondre, mais le contact n'a pas pu s'établir par la suite. Mais réagissant à la polémique, l'agence a produit un communiqué de presse dans lequel elle explique avoir accompli sa mission. Elle indique également avoir mené des campagnes de prélèvements de poussières intérieures faits au domicile de familles vivant à proximité de la cathédrale, qui se sont «révélés inférieurs au seuil réglementaire».  

Au sujet des prélèvements qui «montrent ponctuellement des valeurs élevées», l'ARS précise qu'«aucune norme sanitaire n’existe comme point de référence concernant les poussières extérieures», alors qu'il existe bien une valeur repère de 0,3 g/kg. D'autant que les poussières sont volatiles et peuvent toujours nuire, surtout aux enfants qui les ingèrent en touchant le sol puis portant leurs mains à la bouche.

L'ARS reconnait toutefois que le parvis est toujours contaminé, elle a donc «demandé qu’une nouvelle opération de nettoyage soit effectuée après laquelle des prélèvements seront à nouveau opérés». Ceci tendrait bien à confirmer que le nettoyage initial n'a pas fait preuve de la minutie requise.

Malgré la «transparence» revendiquée par l'ARS, les différents acteurs ont fait preuve d'une gestion de crise des plus opaques, susceptibles de faire courir des risques aux citoyens. Mais au nom de quoi ? «Ils ont voulu éviter de déclencher une panique, et on agi avec la volonté de faire vite, se sentant pressés par le temps. Mais pourtant, on peut donner cette information. Les gens sont capables de réfléchir et de mûrir leur réflexion pour prendre les bonnes décisions pour leur santé. Mais en ne disant rien, ils risquent de créer une bombe à retardement. Ils sont responsables de la santé de leurs concitoyens, mais ont mis cette dimension de côté», conclut la directrice de l'AFVS. 

Lire aussi : Un cas d'enfant présentant trop de plomb dans le sang relevé à proximité de Notre-Dame

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»