Le burkini ? Une «provocation» aux relents d'«intégrisme religieux», selon l'Insoumis Quatennens

Le burkini ? Une «provocation» aux relents d'«intégrisme religieux», selon l'Insoumis Quatennens© Jason Reed Source: Reuters
Une femme en burkini dans une piscine publique (image d'illustration).

Le nouveau numéro 2 de la France insoumise dénonce, dans le port du vêtement de bain couvrant, une «provocation» dans laquelle il ne faut pas tomber. Une position tranchée qui, visiblement, ne fait pas l'unanimité au sein du parti.

La France insoumise (LFI) n'a pas échappé à la question du burkini, qui s'est (encore) imposée dans le débat public après la récente opération coup de poing du collectif «Alliance citoyenne» dans une piscine grenobloise.

Interrogé sur cette question, le nouveau coordinateur du parti, Adrien Quatennens, a exprimé son peu de sympathie pour le fameux maillot de bain islamique. «Il y a une provocation. Le burkini est aussi une caractéristique d'un intégrisme religieux», a ainsi déclaré le député du Nord sur le plateau de BFM TV le 29 juin, soulignant, à la demande de Ruth Elkrief, qu'il «dénonç[ait]» cette provocation. «Bien évidemment qu'il y a une provocation, et l'idée c'est de na pas tomber dedans», a-t-il aussi estimé.

Au sein du parti, tous n'ont pas abondé dans ce sens. La députée Clémentine Autain, figure d'un courant plus «intersectionnel» au sein de LFI, a ainsi quelque peu botté en touche, écartant la dimension religieuse ou politique de la question pour se concentrer sur les problématiques liées à l'hygiène. «Je ne sais pas exactement comment sont les burkinis, et j'avoue que je n'ai pas la réponse sur la question de l'hygiène [...] Ceci dit, ce n'est pas la même question que dans la mer. Je prends au sérieux les questions d'hygiène et de réglementation qui permettent que nous puissions vivre ensemble correctement les uns avec les autres, sans discrimination, mais aussi dans le respect de ce qui nous permet d'être ensemble», a-t-elle déclaré sur RMC.

Une manière habile de ne pas se placer en porte-à-faux vis-à-vis de la position d'Adrien Quatennens, sans s'aliéner ceux qui, au sein du parti, défendraient clairement la légitimité du port du burkini. C'est le cas des «Jeunes insoumis.es de Grenoble», qui ont signé en ce sens un communiqué commun avec plusieurs associations, antennes locales de partis politiques et syndicats dont l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), diffusé sur Facebook. Ils y apportent leur soutien à la «lutte légitime» de l'«Alliance Citoyenne», appuient la «campagne [de] droits civiques pour les femmes musulmanes» et appellent le maire de Grenoble à «garantir l'égalité d'accès aux services publics».

Venues en maillot de bain couvrant, des femmes soutenues par le collectif «Alliance citoyenne» ont investi des piscines grenobloises par deux fois, le 17 mai puis le 23 juin, dans le but de contester l'interdiction du burkini figurant dans leur règlement intérieur.

Lire aussi : «Contre l'islam radical, tous à poil» : après des actions pro-burkini, riposte à venir à Grenoble ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»