Crise chez LFI ? Clémentine Autain formule des critiques après la promotion d'Adrien Quatennens

Crise chez LFI ? Clémentine Autain formule des critiques après la promotion d'Adrien Quatennens© GERARD JULIEN Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon, Adrien Quatennens et Clémentine Autain en mai 2018 (image d'illustration).

Adrien Quatennens a été désigné nouveau coordinateur de LFI, se retrouvant ainsi propulsé numéro deux officieux du parti. Très critique de la stratégie choisie pour les européennes, Clémentine Autain dénonce un manque de transparence.

Adrien Quatennens, député du Nord et proche de Jean-Luc Mélenchon, a été nommé le 23 juin nouveau «coordinateur» de La France insoumise (LFI). Après la contre-performance au parti aux élections européennes, il aura pour mission d'animer le mouvement et de superviser la création de ses nouvelles instances. Une décision qui s'est attiré les critiques de Clémentine Autain, figure d'un courant gauche sociétale ou intersectionnel au sein de LFI, par opposition à son aile plus souverainiste. «Je ne sais pas, je ne peux pas vous répondre pour cette question. Je sais qu'un organigramme a été présenté hier avec des nominations», a-t-elle déploré ce 24 juin, répondant à une journaliste de BFMTV qui lui demandait comment Adrien Quatennens avait été choisi.  

Est-ce qu'on peut à La France insoumise ne pas être d'accord sans être mis vraiment au ban ?

Pour Clémentine Autain, cette procédure ne pécherait d'ailleurs pas seulement par son manque de «transparence». «La difficulté à laquelle sont confrontés beaucoup de militants de La France insoumise, c'est de saisir où se décide la ligne stratégique, comment sont prises les décisions, et au fond, est-ce qu'on peut à La France insoumise ne pas être d'accord sans être mis vraiment au ban ?», a-t-elle regretté.

Lire aussi : La France insoumise a-t-elle un problème avec la démocratie en interne ?

Un clivage idéologique au-delà de la critique du fonctionnement ?

Après le camouflet subi aux élections européennes, Clémentine Autain avait été la première figure du parti à mettre en cause la stratégie de LFI. Dans une interview publiée dans L'Obs le 27 mai, l'élue de Seine-Saint-Denis dénonçait alors : «Ce qui est en cause, c’est la ligne politique de La France insoumise». Un reproche à peine voilé, à la stratégie ambivalente de 2017, articulant gauche radicale et «populisme» au sein de LFI.

Ce 23 juin, au second jour de l'Assemblée représentative de LFI, Jean-Luc Mélenchon a admis qu'il n'avait pas «réussi à fédérer» les électeurs lors des européennes. Mais d'ajouter dans la foulée, façon de contre-attaquer et d'opposer une fin de non-recevoir aux reproches de Clémentine Autain, qu'il resterait à la barre du mouvement qu'il a fondé en 2016. «Je suis consterné par le nombrilisme de certaines critiques», a-t-il lâché.

Lire aussi : En «repos», Jean-Luc Mélenchon prévient qu'il restera au combat jusqu'à son «dernier souffle»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»