La rencontre Macron-Poutine au G20, l'espoir d'un nouveau départ pour les relations franco-russes ?

La rencontre Macron-Poutine au G20, l'espoir d'un nouveau départ pour les relations franco-russes ?© Stéphane de Sakutin Source: AFP
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le 29 mai 2017 à Versailles (image d'illustration).

Le chef de l'Etat et son homologue russe se rencontreront lors du G20 au Japon. Après la visite sénatoriale russe dans la capitale française et l'entretien bilatéral Philippe-Medvedev au Havre, le ciel s'éclaircit-il entre Paris et Moscou ?

Alors que la canicule sévit dans l'Hexagone un vent de fraîcheur souffle-t-il sur les relations franco-russes ? Le président français, Emmanuel Macron, rencontrera en effet son homologue russe, Vladimir poutine, dans le cadre d'une discussion bilatérale en marge du G20 qui se déroulera les 28 et 29 juin 2019 à Osaka au Japon.

«Nous confirmons que le président de la République aura des entretiens bilatéraux avec [...] le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine», a ainsi fait savoir l'Elysée ce 26 juin.

Ce qu'on entend parfois en France, ce serait l'idée selon laquelle la France et la Russie ne se parleraient pas

«D'autres négociations seront également organisées, ce que nous pourrons confirmer dans un avenir proche», a ajouté le service de presse de la présidence française. Cette rencontre entre les deux dirigeants n'est pas anodine. Dossiers ukrainiens et iraniens, stabilisation politique en Syrie : les sujets diplomatiques où la France et la Russie sont parties prenantes sont en effet légions.

Au-delà de ces thématiques, c'est la relation entre les deux puissances qui est désormais scrutée. Car celle-ci a été mise à mal – notamment depuis l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron – à coup d'accusations d'ingérence russe, jamais étayées, dans les élections françaises et européennes ou encore de procès en sorcellerie intentés au média français financé par la Russie – RT France – que le gouvernement et le locataire de l'Elysée ne manquent pas l'occasion d'égratigner et de présenter comme une menace.

Deux hauts responsables russes en visite en France, Macron appelle à «réenclencher» une «dynamique»

Si ces sujets sont clivants, il n'en demeure pas moins que des signes d'apaisement ont récemment percé dans les nuages parisiano-moscovites. Le 25 juin, Edouard Philippe a en effet reçu au Havre – ville dont il a été maire – le Premier ministre russe Dmitri Medvedev afin de renouer le fil avec Moscou, tant sur les questions économiques qu'internationales, après plusieurs années de différends et de sanctions réciproques : la première visite d'un membre de premier plan de l'exécutif russe dans l’Hexagone depuis la venue de Vladimir Poutine en 2017.

L'occasion pour les deux hommes d'afficher leur bonne entente et pour le chef du gouvernement français de tenter de tordre le coup aux oiseaux de mauvaise augure. «Ce qu'on entend parfois en France, ce serait l'idée selon laquelle la France et la Russie ne se parleraient pas», avait ainsi relevé Edouard Philippe. Un élan positif partagé par Dmiti Medvedev qui soulignait être «convaincu qu'il y a encore des possibilités d'améliorer ces échanges, notamment en impliquant les milieux d'affaires».

Dix jours auparavant, le président du Sénat français, Gérard Larcher, recevait Nikolaï Fedorov, premier vice-président de la chambre haute du parlement russe. A l'issue de leur entretien, il avait plaidé pour un dialogue entre la France et la Russie afin de «rapprocher les points de vues». Une première pierre dans le rapprochement franco-russe ? «Chacun sait que j’ai sur les sanctions [de l’Union européenne contre la Russie], tout en restant solidaire, une position réservée parce que je pense qu’à chaque fois il est mieux de se parler que de s’ignorer. On peut avoir de points de vue différents, mais c’est en se parlant qu’on peut converger», avait ajouté avec bonhomie le patron du Palais du Luxembourg. La veille, Nikolaï Fedorov s’était lui félicité des bonnes relations entre les deux chambres hautes des parlements français et russe. Une proximité qui devrait se poursuivre, puisqu’une délégation française du Sénat est prochainement attendue à Moscou.

Le 11 juin, c'est Emmanuel Macron en personne qui donnait le coup d'envoi de cette lune de miel juniale. Dans une interview accordée à la Radio Télévision Suisse (RTS), le président français expliquait souhaiter «réenclencher» une «dynamique» avec le président russe. «L'Europe, dans cet ordre multilatéral que je défends, a besoin de rebâtir une nouvelle grammaire de confiance et de sécurité avec la Russie, et ne doit pas exclusivement passer par l'OTAN», renchérissait-il, affirmant à propos de Vladimir Poutine : «Nous avons des désaccords mais on travaille ensemble». L'été sera chaud...

Lire aussi : Philippe et Medvedev rappellent leur attachement à la liberté de la presse

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»