Licenciements chez GE : à Belfort, des syndicats empêchent le RN de participer à un point presse

Licenciements chez GE : à Belfort, des syndicats empêchent le RN de participer à un point presse© SEBASTIEN BOZON Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon à gauche, le maire LR Damien Meslot au centre, lors de la conférence de presse organisée par l'intersyndicale contre la suppression d'emplois au sein de GE.

Avant la manifestation de soutien aux salariés de General Electric de Belfort, le service d'ordre de l'intersyndicale a empêché des élus du RN de participer à un point presse, où étaient représentés LFI, LR et le PS. La police est intervenue.

Une dizaine de policiers a dû s'interposer le 22 juin à Belfort pour calmer les esprits entre les syndicats et des élus du Rassemblement national (RN). En effet, la tension était palpable à l'entrée de la mairie, peu avant la conférence de presse organisée par plusieurs syndicats contre le «plan social» (qui devrait se traduire par des licenciements à la chaîne) au sein de General Electric. Le conflit a ainsi opposé deux élus du RN au conseil régional, Julien Odoul et Jacques Ricciardetti, qui souhaitaient y assister, et le service d'ordre de l'intersyndicale, qui les en a empêchés, aidé par les forces de l'ordre.

Plusieurs élus (parmi lesquels le maire LR de Belfort Damien Meslot, le chef de file des députés de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, ou encore le sénateur socialiste Rachid Temal) et des syndicats ont appelé durant ce point presse à faire reculer «le rouleau compresseur» mis en marche par le groupe américain. Annoncé le 28 mai par GE, le plan social prévoit la suppression de 1 050 emplois en France, dont près de 800 dans l'entité belfortaine produisant des turbines à gaz et qui emploie 1 900 personnes. 

Une grande manifestation avait lieu un peu plus tard à Belfort contre le plan social annoncé par General Electric (GE). Environ 5 000 personnes y ont pris part, parmi lesquels Julien Odoul. Ce dernier a été pris à partie verbalement par des syndicalistes.

Par la voix de Francis Fontana, délégué Sud Industrie, l'intersyndicale a souligné auprès de l'AFP ne «pas partager les valeurs du RN», tandis que les deux élus RN ont accusé les syndicats de «discréditer leur combat». D'après un journaliste de L'Est républicain, le maire Les Républicains de Belfort Damien Meslot a confirmé ce refus d'accès et expliqué ainsi : «C'est l'intersyndicale qui invite [à la conférence de presse]!».

Julien Odoul a par la suite estimé que «la démocratie [avait été] violentée à la mairie de Belfort où les élus du RN ont été exclus de l’accueil "républicain" par des syndicats totalitaires». 

Les autres élus ayant participé à la conférence de presse n'ont pas commenté l'incident.

Lire aussi : Alstom : révélations de Médiapart sur les engagements non tenus par General Electric

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»