Coup de filet dans le milieu du darknet francophone : trois hommes mis en examen

- Avec AFP

Coup de filet dans le milieu du darknet francophone : trois hommes mis en examen © Greg Wood Source: AFP
Un clavier d'ordinateur (image d'illustration).

Trois hommes suspectés d’être les animateurs de French Deep Web-Market, un site qui proposait à la vente, drogues, armes et faux papiers, ont été mis en examen le 16 juin. Le parquet de Paris a requis le placement de deux d’entre eux en détention.

Après le démantèlement de «la plus importante plateforme du darknet francophone», trois hommes suspectés d'en être les animateurs ont été mis en examen le 16 juin dans l'enquête visant le forum French Deep Web-Market, carrefour de la vente illégale de drogues, d'armes et de faux papiers, selon le parquet de Paris. Fruit d'une «vaste enquête», ce coup de filet, mené dans la nuit du 12 au 13 juin, le deuxième depuis un an, «a eu pour effet de mettre hors ligne une grande majorité des places de marché illicites du darknet français», selon un communiqué du parquet.

Le site permettait la mise en relation de près de 6 000 utilisateurs et 750 vendeurs illégaux

Cette même source rapporte en outre que l'opération qui a permis des interpellations en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en Nouvelle-Aquitaine et en Normandie, visait le «French Deep Web-Market», considéré par les enquêteurs spécialisés comme «la plus importante plateforme du darknetfrancophone». Trois hommes âgés de 44, 32 et 23 ans avaient alors été placés en garde à vue, «soupçonnés d'en être les animateurs techniques». Ciblé depuis 2018 par les enquêteurs, ce forum du darknet – partie cachée d'internet – permettait de mettre en relation près de «6 000 utilisateurs et 750 vendeurs de drogues, d'armes, de faux papiers, de coordonnées bancaires et d'outils de piratage informatique».

Présentés le 16 juin à un juge d'instruction, les trois suspects ont été mis en examen pour complicité de trafic de stupéfiants, de vente et d'achat d'armes de guerres et de munitions en réunion, d'escroquerie et de fourniture de faux documents administratifs. Ils se voient également reprocher des infractions douanières et les infractions de «mise à disposition d'équipements spécialement conçus pour commettre des atteintes à des systèmes de traitement automatisé de données (STAD) et d'«entente formée en vue de commettre des atteintes aux STAD».

Le parquet de Paris a requis le placement en détention provisoire pour deux des trois suspects. Les débats se sont poursuivis jusque tard le 16 juin devant le juge des libertés et de la détention (JLD). L'un des suspects a été incarcéré provisoirement dans l'attente d'un débat différé devant le JLD qui devra statuer sur son maintien en détention. La situation de l'autre suspect n'était pas connue en fin de soirée.

Lire aussi : Oups ! Un agent du renseignement envoie un SMS à l'islamiste qu'il surveille, l'erreur passe mal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»