La SNCF supprime ses tweets à la «tonalité déplacée», sans parvenir à contenter les internautes

La SNCF supprime ses tweets à la «tonalité déplacée», sans parvenir à contenter les internautes© ERIC CABANIS Source: AFP
Le logo SNCF (image d'illustration).

Interpellée sur Twitter au sujet du prix trop élevé d'un trajet Paris-Perpignan pour une personne à faible revenu, le service des réseaux sociaux de la SNCF s'est embarqué dans un échange avec l'internaute à l'origine du tweet qui a fait polémique.

Vous avez dit service public ? A l'approche des départs estivaux, et presque un an après la promulgation du pacte ferroviaire inscrivant l’ouverture à la concurrence du groupe, la SNCF a provoqué un tollé lors d'un échange entre son équipe de community managers et un internaute.

Tout part de la publication d'un certain «Charlie» qui, le 6 juin, décide d'interpeller la SNCF sur Twitter, pointant le prix coûteux d'un aller simple de Paris à Perpignan pour une personne gagnant 850 euros par mois.

La SNCF rappelle alors à l'internaute le principe de son «offre TGVMax qui permet de voyager illimité hors période de forte affluence». Taxé d'avoir répondu «à côté», le community manager de la société ferroviaire tente alors l'ironie en se demandant «comment [une personne en dessous du seuil de pauvreté] fait-elle pour s'acheter un smartphone de dernière génération», avant de poursuivre : «Je pense que c'est compréhensible même pour les gens qui n'ont pas bac +7».

Comme le rapporte le magazine Marianne, plusieurs tweets de l'entreprise publique adressés à l'internaute seront par la suite supprimés, la SNCF ayant déclaré regretter une «tonalité déplacée», affirmant qu'«un très ferme rappel a[vait] été effectué auprès de l'agent concerné».

L'échange a toutefois retenu l'attention d'internautes, dont certains n'ont pas manqué de dénoncer le «mépris» du groupe. Parmi les réactions engendrées par ce dérapage sur les réseaux sociaux, le journaliste Nilse Wilcke s'est ainsi indigné : «Ce moment où la SNCF se permet de porter un jugement sur les achats des personnes en situation de pauvreté. On touche le fond.»

Reprenant sa publication, le journaliste Alexis Poulin, co-fondateur de la revue Le Monde moderne, a pour sa part ironisé sur la «belle mentalité» de la SNCF. «Voici pourquoi le transport devrait être un service public et pas un secteur concurrentiel de profit. Cf le thread sur le secours d’un TGV sous tunnel. Le ferroviaire est trop complexe pour le jeu de concurrence. Le UK [Royaume-Uni, ndlr] l’a compris trop tard», a-t-il commenté.

Le magazine Marianne a de son côté décidé de titrer : «Si les pauvres ne peuvent pas prendre le train, tant pis pour eux (et c'est le CM de la SNCF qui le dit)».

Lire aussi : Gares délaissées, guichets clos... Les craintes liées à la réforme du rail se confirmeraient-elles?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»