«Emmanuel Macron, ô tête de c**» : le prêtre soutenant les Gilets jaunes était suspendu (VIDEO)

«Emmanuel Macron, ô tête de c**» : le prêtre soutenant les Gilets jaunes était suspendu (VIDEO)
Capture d'écran Twitter, @leGneral2

Un prêtre, entouré de Gilets jaunes en son église, entonnant des chants flirtant avec le paillard et la satire politique : c'est le contenu d'une vidéo devenue virale sur Twitter. L'homme d'église a été retrouvé par la chaîne LCI qui l'a interrogé.

Dans une vidéo devenue virale sur Twitter le 2 juin, on voit un prêtre entonner un chant brocardant le président de la République, bien connu des Gilets jaunes. Entouré de manifestants, l'homme d'église reprend en chœur : «Emmanuel Macron, on vient te chercher chez toi, Emmanuel Macron, ô tête de con, on vient te chercher chez toi...»

Comme l'a révélé la chaîne LCI qui a retrouvé et interrogé le prêtre, il s'agit de Francis Michel, qui officie dans l'église du Planquay dans l'Eure. Selon les informations de LCI, le vicaire n'est officiellement plus reconnu dans ses fonctions par sa hiérarchie depuis 2016, après qu'il a été condamné en première instance, puis en appel, pour avoir détourné plus de 100 000 euros sur les dons des fidèles. Une accusation que l'homme d'église n'a jamais reconnue, selon LCI.

Joint par la chaîne, l'ecclésiastique confirme qu'il a été suspendu, mais se prétend cependant «prêtre pour toujours». Il a aussi précisé : «Il ne s'agit pas d'un rassemblement de Gilets jaunes, mais plutôt de gens venus à la messe pour me remercier, car je m'implique depuis longtemps sur les ronds-points.» Et de déplorer : «Ce qui est regrettable, c'est que les chants entonnés n'aient pas été tenus à l'extérieur. Mais je n'ai pas vraiment été maître de la situation.» 

Selon France Bleu Normandie, le préfet de l'Eure, Thierry Coudert, a saisi le parquet pour deux motifs, outrage envers le chef de l'État et violation de la loi de 1905. «La loi [de 1905] prévoit que les communes mettent en affectation les églises auprès d'un prêtre et celui-ci ne doit y remplir que des missions cultuelles», explique-t-il. Or, fait-il valoir,« il est clair que la manifestation de dimanche dans l'église du Planquay n'était pas une messe».

Lire aussi : Notre-Dame : le projet de restauration à l'identique a-t-il du plomb dans l'aile ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»