Le procureur de Paris assure que des policiers seront poursuivis en correctionnelle

Le procureur de Paris assure que des policiers seront poursuivis en correctionnelle© JEFF PACHOUD Source: AFP
Rémy Heitz en conférence de presse à Lyon après l'attentat terroriste du 24 mai (image d'illustration).

Rémy Heitz est arrivé à son poste en remplacement de François Molins au commencement de la crise sociale des Gilets jaunes. Dans une interview, il livre un premier bilan judiciaire et assure qu'il y aura des sanctions contre les policiers fautifs.

Lors d'une interview accordée au Parisien et publiée le 30 mai, le procureur du Parquet de Paris a assuré que les policiers qui auraient fait usage d'une violence illégitime au cours des derniers mois dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre seraient «renvoyés en correctionnelle».

Rémy Heitz a repris le poste du célèbre François Molins au mois de novembre 2018, au tout début de la crise sociale des Gilets jaunes. Six mois après, il souhaite visiblement montrer qu'il n'y aura pas d'impunité pour les membres des forces de l'ordre qui auraient fauté dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre réalisées chaque samedi. Les premiers résultats des enquêtes IGPN et IGGN les plus médiatisées pourraient donc aboutir.

Le procureur assure que ce mouvement social a «considérablement mobilisé [son] parquet» avec, notamment, des weekends au cours desquels il a fallu «réunir jusqu'à 25 magistrats pour faire face à l’afflux de gardes à vue.» Il précise que 2 907 manifestants ont été gardés à vues depuis le mois de novembre 2018, dont 1 304 cas ont donné lieu à un classement sans suite.

Quand le quotidien d'Ile-de-France aborde la question «des dossiers visant les forces de l'ordre», le procureur de Paris se montre intransigeant : «Je veux être très clair : il n’y a aucune volonté de ma part d’éluder ces violences ou de les minimiser. A ce jour, 174 enquêtes ont été ouvertes.» Trois de ces affaires concernent la gendarmerie et donc l'Inspection générale de la gendarmerie nationale et les 171 autres sont traitées par l'Inspection générale de la police nationale. 57 de ces dossiers auraient déjà été clôturés et huit ont déjà justifié l'ouverture d'une information judiciaire à en croire cette interview.

Le procureur assure qu'il ne veut pas «entrer dans les détails», mais il confie que ces dossier concernent notamment «les faits dénoncés par Jérôme Rodrigues le 26 janvier» et «ceux commis dans un restaurant Burger King». Rémy Heitz précise qu'il s'agit notamment des dossier avec les préjudices «les plus lourds», entraînant des «infirmités permanentes» et ajoute que «plusieurs dossiers ont trait à l'usage du lanceur de balle de défense» (LBD40).

Le procureur admet que certains dossiers seront classés sans suite, mais il assure également : «Il y aura aussi des renvois de policiers devant le tribunal correctionnel d’ici la fin de l’année.»

Cette assertion faite par le procureur de Paris peut étonner dans la mesure où il a été récemment annoncé qu'un policier devrait prochainement comparaître aux assises, et pas seulement en correctionnelle, après qu'un militant Sud a perdu l'usage de son œil droit en 2016 dans une manifestation au cours de laquelle il avait été touché par une grenade de désencerclement.

Le procureur vient-il d'envoyer un double message aux policiers ? D'une part, il rappellerait la responsabilité des personnels mis à contribution lors des missions de maintien de l'ordre, mais de l'autre, il leur adresserait une forme d'assurance : les policiers impliqués dans des cas de violence illégitime n'iront pas aux assises, mais seulement en correctionnelle.

Cependant, interrogé par Le Parisien, le procureur de Paris admet qu'«à ce stade, aucun policier ou gendarme n’[avait] été mis en examen.»

Lire aussi : Des policiers reconnaissent des «actes violents», mais invitent les politiques à endosser l'uniforme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»