Un commandant de la gendarmerie reconnaît des violences policières contre les Gilets jaunes

Un commandant de la gendarmerie reconnaît des violences policières contre les Gilets jaunes© Christian Hartmann Source: Reuters
Christophe Castaner le 21 mars 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Face au matraquage d'un Gilet jaune à Besançon, le ministre de l'Intérieur a évoqué des gestes qui «peuvent se produire». Commentant une autre scène, plus ancienne, un commandant de la gendarmerie livre une vision différente.

Commandant de groupement de gendarmes mobiles dans la Gendarmerie Nationale, Michael Di Meo a reconnu, dans l'extrait d'un reportage diffusé ce 7 avril sur BFMTV (et dont l'intégralité est diffusée le 8 avril), que des manifestants avaient pu subir des violences de la part de CRS, dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes.

Quand je vois ça, je suis obligé d'aller dans le sens [des manifestants], oui il y a des violences policières

Amené à commenter une scène survenue lors du troisième acte du mouvement début décembre, le haut gradé de la gendarmerie s'est exprimé sans ambiguïté : «Quand je vois ça, je suis obligé d'aller dans le sens [des manifestants], oui il y a des violences policières, là on est sur des violences policières», a-t-il considéré.

Triquez-les [...] vous me les sortez, vous leur cassez la gueule !

La vidéo en question montre une intervention musclée des forces de l'ordre, le 1er décembre 2018, dans un fast-food du VIIIe arrondissement parisien, où des manifestants étaient retranchés.

Cités par la chaîne d'information en continu, plusieurs CRS présents lors de l'intervention expliquent que le commandant de la compagnie menant l'intervention estimait que des casseurs se trouvaient à l'intérieur de l'enseigne alimentaire. «Triquez-les», «Vous me les sortez, vous leur cassez la gueule !» aurait-il alors ordonné à ses hommes.

Au début du mois, Christophe Castaner, qui a toujours refusé de condamner des cas de violences de la part des forces de l'ordre, s'exprimait sur une autre scène filmée le 30 mars dernier à Besançon, montrant un Gilet jaune recevoir un coup de matraque. Malgré des images éloquentes, le ministre de l'Intérieur avait pour sa part affirmé n'y voir qu'un geste qui pouvait «se produire».

Lire aussi : Manifestant matraqué à Besançon : «Pas d'images de violence policière» pour Castaner

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix