«Traitre», «conn***», «ordure» : Collard et Cohn-Bendit en roue libre sur TF1 (VIDEO)

«Traitre», «conn***», «ordure» : Collard et Cohn-Bendit en roue libre sur TF1 (VIDEO)© AFP/Reuters
Photomontage mettant côte-à-côte Gilbert Collard et Daniel Cohn-Bendit.

En pleine soirée électorale sur le plateau de TF1, la tension est rapidement montée d'un cran entre Daniel Cohn-Bendit et Gilbert Collard, celui-ci ayant reproché à la chaîne télévisée un manque de partialité dans la présentation des intervenants.

Invité le 26 mai sur le plateau de TF1, le désormais euro-parlementaire du Rassemblement national Gilbert Collard s'est livré à une véritable joute verbale face à Daniel Cohn-Bendit, invité par la chaîne en tant que «grand témoin». C'est d'ailleurs à ce sujet que l'ex-député non-inscrit du Gard a débuté son intervention, donnant immédiatement le ton...

«Traître», «connard», «vendu à Macron», «agent de Poutine»...

«Qu'est-ce que vous êtes faux-cul quand même [...] vous avez deux représentants de la République en marche», a-t-il reproché aux organisateurs de l'émission, dénonçant la partialité de Daniel Cohn-Bendit, peu à même selon lui de livrer une analyse objective. Et ce dernier de commenter : «Qu'est-ce que ça peut te foutre ?» Le tutoiement installé, Gilbert Collard lui répond immédiatement : «T'es de trop !» C'est alors que le ton monte singulièrement entre les deux hommes qui s'insultent mutuellement, non sans donner de la voix. «Les vieilles guenilles, les faux-culs de la politique», commence l'élu RN. «Tu es une ignoble ordure», poursuit Daniel Cohn-Bendit. «Traître», «connard», «vendu à Macron», «agent électoral de la République en marche», «agent de Poutine» : les invectives respectives fusent... Impuissants, les présentateurs ne parviennent guère à s'imposer dans cette querelle, l'un d'entre eux allant jusqu'à demander de «couper le micro» aux deux hommes.

En tout état de cause, Daniel Cohn-Bendit, leader allemand de la contestation anarcho-étudiante de Mai 68 et désormais macroniste zélé – a, à maintes reprises, affiché son hostilité vis-à-vis du Rassemblement national, et plus particulièrement de sa présidente, estimant récemment qu'elle était une «agente de Trump et de Poutine» et «un danger pour l’avenir de la France et de l’Europe».

Lire aussi : Macron, une «mauviette» selon Collard ? Le député s'emporte sur la question de la capitale d'Israël

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»