Urgences en grève : rassemblement de personnels hospitaliers devant la mairie de Paris (IMAGES)

Urgences en grève : rassemblement de personnels hospitaliers devant la mairie de Paris (IMAGES)© Twitter : @jeanmgodard
«Aux urgences, on galère», peut-on lire sur une blouse blanche le 19 mai 2019 devant la mairie de Paris.

Après les appels de plusieurs syndicats dans le milieu hospitalier, les grèves aux urgences se sont multipliées sur le territoire français. Plusieurs rassemblements ont eu lieu le 19 mai, dont un qui s'est tenu devant l'hôtel de ville de Paris.

Plusieurs dizaines de personnels hospitaliers se sont réunis le 19 mai sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris, à la faveur d'une grève des services des urgences. Les syndicats des blouses blanches réclament davantage de moyens pour la profession.

Plusieurs publications témoignent de ce rassemblement, dont celles du journaliste Jean-Marie Godard, auteur du livre Bienvenue aux urgences, édité en mars 2019. «Urgences saturées, patients en danger», peut-on lire sur une blouse médicale, «Aux urgences on galère» sur une autre.

Simulation d'un suicide collectif

Dans une vidéo publiée par le même journaliste, les personnes mobilisées sont positionnées côte à côte, en silence, tenant une seringue en direction de leur tempe pour simuler un suicide, pendant qu'une voix commente l'action au mégaphone : «Les urgences à travers toute la France [se sont] arrêtées de travailler symboliquement pour exprimer leur ras-le-bol et leur souffrance.»

Selon le compte Twitter du mouvement L'Inter-Urgences, d'autres actions ont également eu lieu à l'hôpital Saint-Antoine de Paris 12e, dans la ville de Saint-Nazaire, à Creil, à Mulhouse ou encore à Nantes.

Après les appels de plusieurs syndicats dans le milieu hospitalier depuis le mois d'avril, les grèves aux urgences se sont multipliées sur le territoire français, avec une mobilisation particulièrement marquée la semaine du 13 mai. Comme le rapporte l'AFP, le personnel hospitalier était par exemple mobilisé à Angers, à Bordeaux, à Brest à Beauvais ou encore à Besançon. Au total, d'après la CGT et le collectif Inter-Urgences, une quarantaine de services sont désormais mobilisés.

Lire aussi : Cession du plus vieil hôpital de Paris : «absurde» de priver de shopping des millions de touristes ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»