Gilets jaunes : 1 500 euros d'amende pour avoir crié «Castaner assassin» au ministre

- Avec AFP

Gilets jaunes : 1 500 euros d'amende pour avoir crié «Castaner assassin» au ministre© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Image d'illustration.

Deux Gilets jaunes ayant crié «Castaner assassin» lors d'une visite du ministre à Besançon en mars ont été condamnés à 1 500 euros d'amende avec sursis. Un troisième manifestant devra payer 1 000 euros d'amende pour les mêmes faits.

Trois Gilets jaunes ont été condamnés le 15 mai à Besançon à des amendes - une ferme, deux avec sursis - pour outrage après avoir crié «Castaner assassin» au ministre de l'Intérieur lors d'une visite de Christophe Castaner dans la ville en mars, selon leur avocat Jean-Michel Vernier.

Deux d'entre eux, un représentant syndical FO et son épouse, ont été condamnés à 1 500 euros d'amende avec sursis. L'avocat a précisé que le couple allait faire appel de sa condamnation. Le troisième a écopé de 1 000 euros d'amende qu'il devra payer, «son casier judiciaire lui interdisant de bénéficier d'un sursis».

Les trois Gilets jaunes ont en revanche été relaxés des faits de rébellion, selon leur conseil, qui avait plaidé la relaxe lors du procès le 29 avril devant le tribunal correctionnel de Besançon, qui jugeait les trois individus pour outrage envers le ministre de l'Intérieur.

Les faits ont eu lieu mi-mars, lors d'une visite de Christophe Castaner à Besançon pour l'inauguration d'un commissariat dans le quartier sensible de Planoise.

Les trois prévenus avaient lancé au ministre «Castaner assassin !». A l'audience, ils avaient insisté sur la dimension politique de l'apostrophe. «[Ils voulaient dire] "assassin de la liberté" ou "assassin du droit de manifester"», a expliqué Jean-Michel Vernier à l'AFP.

«C'est une problématique qui semble liée à la liberté d'expression», a ajouté l'avocat. «Ces mots prononcés ne sont jamais arrivés jusqu'aux oreilles du ministre, qui n'a pas déposé plainte et qui n'était pas partie civile [dans ce dossier]», a-t-il encore souligné.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»