Les déclarations clés de la campagne des européennes

Les déclarations clés de la campagne des européennes© Frederick Florin Source: AFP
(Image d'illustration)

Quelle image les candidats aux européennes du 26 mai 2019 cherchent-ils à donner d'eux-mêmes et de leur projet ? Que veulent-ils que vous reteniez d'eux ? Réponse avec les déclarations les plus emblématiques tirées des différentes listes.

Mise à jour automatique
  • Matteo Salvini (vice-président du Conseil des ministres et ministre de l'Intérieur italien) :

    «Une nouvelle Europe est née et je suis fier que la Ligue fasse partie de cette nouvelle Renaissance européenne»

  • Matteo Salvini (La Ligue)

    «Une nouvelle Europe est née. Je suis fier que La Ligue participe à cette renaissance européenne»

  • Yannick Jadot (EELV)

    «C'est une vague verte européenne dont nous sommes les acteurs.»

  • Marine Le Pen (RN)

    «Vous savez quoi, Monsieur Wauquiez ? J'espère qu'un jour vous aurez la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle»

  • Raphaël Glucksmann (liste Place publique-PS-Nouvelle donne)

    «Faire des cadeaux aux plus riches, supprimer l'ISF, installer la flat tax, c'est pas trop cher. Mais l'égalité salariale entre hommes et femmes, subitement ça devient trop cher !»

  • Nicolas Dupont-Aignan (DLF)

    «Allez voter ou arrêtez de vous plaindre et allez à l'échafaud [...] Ca ne sert à rien de manifester sous la pluie et le vent toute l'année et ensuite de ne pas voter, ce serait contradictoire.»

  • François Asselineau (UPR)

    «Il faut 28 accords gouvernementaux et 28 accords de parlement [c'est-à-dire] 56 accords pour modifier les traités [européens].»

  • Renaud Camus (La Ligne claire) :

    «On peut dire ce qu’on veut aux journalistes, ça ne sert absolument à rien, ils repartent avec les idées qu'ils amènent.»

  • Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) :

    «Il faut s’attaquer à un tabou : le contrôle des naissances en Afrique comme l’a fait en son temps la Chine pour réussir sa transition économique.»

  • Emmanuel Macron :

    «Si, en tant que chef de l’Etat, je laisse se disloquer l'Europe qui a construit la paix, qui a apporté de la prospérité, j'aurais une responsabilité devant l'histoire»

Découvrir plus

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»