Féminicides : Marlène Schiappa accusée de fake news par des commissaires de police

Féminicides : Marlène Schiappa accusée de fake news par des commissaires de police© GONZALO FUENTES Source: Reuters
Marlène Schiappa lors d'une intervention à l'Assemblée nationale (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La secrétaire d'Etat a déclaré que les policiers comptabilisaient moins souvent que par le passé les meurtres de femmes comme des accidents domestiques. Or, des commissaires de police ont fait valoir que cela n'avait jamais été le cas...

Marlène Schiappa a-t-elle dérapé ? Elle avoue à tout le moins un «malentendu» après la polémique. Dans un premier tweet, repris d'une interview accordée à France Bleu le 24 avril, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes avait écrit : «On qualifie mieux les féminicides désormais. Un meurtre de femme qui avant était comptabilisé comme un accident domestique va désormais plus souvent être qualifié comme meurtre par conjoint. Les choses progressent. Mais la prise en charge doit être plus rapide.»

Ce court extrait laisse entendre que, selon la secrétaire d'Etat, les meurtres de femmes étaient jusqu'à présent souvent «qualifiés» et «comptabilisés» par la police comme des accidents domestiques.

Le syndicat des Commissaires de police (SCPN) a réagi en accusant les propos de Marlène Schiappa de s'apparenter à une fake news : «Madame la ministre, un meurtre, quand il est établi, est enregistré comme meurtre dans le LRPPN [logiciel de rédaction des procédures de la police nationale], et si son auteur est identifié, il est lui-même enregistré comme auteur du meurtre. Dire que c’était enregistré comme accident domestique est une fake news.»

De nombreux internautes ont également réagi aux propos de Marlène Schiappa. Parmi eux, un avocat a évoqué par ironie sur Twitter le fait que cela ferait 26 ans qu'il plaiderait «des accidents domestiques devant les Assises, pourtant réservées aux crimes».

Loin d'en démordre, Marlène Schiappa a répliqué face à ce dernier, sur le réseau social, évoquant «l'amour du buzz» de l'internaute et précisant sa pensée initiale, celle de dénoncer le fait que «les meurtres de conjoint [sont trop souvent] maquillés (noyades, accidents...)».

Ce à quoi l'avocat répond, notamment, que Marlène Schiappa n'avait pas du tout évoqué, dans son tweet d'origine, le cas d'un meurtrier maquillant son crime en accident.

Conversant longuement avec le juriste sur Twitter, Marlène Schiappa reconnaît finalement «un malentendu», après son tweet initial. «Vous faites bien de m’alerter je vais être vigilante / formulation», complète-t-elle.

Lire aussi : Une enquête montre comment la communauté LREM manipulerait les réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix