Des célébrités, dont Muriel Robin, demandent l'exclusion d'une députée LREM pour homophobie

Des célébrités, dont Muriel Robin, demandent l'exclusion d'une députée LREM pour homophobie © CHARLY TRIBALLEAU Source: AFP
La députée Agnès Thill en 2017.

Une lettre ouverte publiée par deux organisations de défense des LGBT et signée par plusieurs personnalités, dont l’humoriste Muriel Robin, demande l'exclusion de la députée LREM Agnès Thill, opposée à la PMA pour toutes, du parti présidentiel.

La polémique enfle autour de la députée LREM Agnès Thill. Après avoir provoqué l'indignation de plusieurs membres du parti macroniste, c'est désormais au tour de plusieurs personnalités de demander l'exclusion de la parlementaire. 

Consternation de la population LGBTI

«Mme Agnès Thill [...] continue à se faire davantage remarquer par ses sorties lesbophobes et homophobes sur les réseaux sociaux que par son action parlementaire», peut-on lire dans une lettre ouverte publiée par les organisations Urgence Homophobie et Stop Homophobie, co-signée notamment par l’humoriste Muriel Robin et les comédiennes Marianne James et Véronique Genest. 

«Consternation de la population LGBTI», peut-on lire plus loin dans la lettre adressée à Stanislas Guérini et Gilles le Gendre, respectivement patrons du parti LREM et président du groupe analogue à l'Assemblée nationale, qui se conclut par une demande d'exclusion de la députée. 

Une parlementaire à contre-courant  

Agnès Thill maintient de longue date son opposition, malgré les critiques qui émanent de son camp, à l'élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, et pas seulement pour les couples hétérosexuels souffrant d'infertilité. 

Le 26 avril, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé sur RMC-BFM que la «PMA pour toutes» serait entérinée avant l'été dans le cadre de la loi de bioéthique. 

Est-ce que ça veut dire qu'un père ne sert à rien ?

«Est-ce que je dois institutionnaliser le fait que des enfants n'aient pas de père ? [...] J'en ai vu des enfants sans père, toute ma carrière [d'institutrice et de directrice d'école] et oui, ils souffrent. Est-ce que ça veut dire qu'un père ne sert à rien ?», avait notamment expliqué la parlementaire au micro de RMC en janvier dernier pour justifier son inflexibilité sur la question. 

Polémique relancée

Plus récemment, ce sont plusieurs tweets, dont un concernant le secrétaire d'Etat Gabriel Attal, qui a laissé entendre dans une interview à Libération qu'en tant qu'homosexuel, il pourrait avoir recours à une gestation médicalement assisté (GPA) «éthique» pour avoir un enfant si cette pratique, à laquelle Emmanuel Macron est opposé, était légalisée en France. 

«Au moins, la couleur est annoncée. [Bioéthique] en juin», avait-elle commenté le 24 avril, en joignant un article du magazine LGBT Têtu faisant référence à cette interview. 

Elle est depuis revenue sur ses propos, expliquant que la modification du sous-titre de l'article par la rédaction de Têtu «change tout».

«Les couples homosexuels ou femmes seules sont dans des situations différentes des couples hétérosexuels. Il n’y a pas d’égalité entre des situations différentes», avait-elle déclaré par ailleurs dans un tweet précédent, en réaction à une tribune publiée par les coprésidents de l'association SOS homophobie, qui pointait du doigt l'«égalité inachevée» du mariage gay légalisé en 2013. 

Condamnations de toutes parts chez LREM

Le chef des députés LREM, Gilles Le Gendre, n'a pas tardé à condamner ces propos : «Vouloir comparer couples homosexuels et hétérosexuels est aussi insensé que comparer deux couples hétérosexuels», s'est-il indigné sur le réseau social.

D'autres n'ont pas hésité à demander l'exclusion de la parlementaire, comme le député de l'Essonne Cédric Villani. 

Même son de cloche du côté de son concurrent pour l'investiture LREM à la mairie de Paris, Mounir Mahjoubi, qui souhaite voir le député quitter la majorité.

«Trop c'est trop», s'est indigné de son côté l'ancien porte-parole du gouvernement  Benjamin Griveaux. 

«Chacun de tes tweets t’éloigne de ce que nous sommes, de nous, mais pire, ils t’éloignent des valeurs que tu penses servir», l'a pour sa part sermonnée le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Agnès Thill avait déjà été prise pour cible par 16 de ses collègues qui avaient demandé sans succès son exclusion, pour ces mêmes raisons, début mars dans une tribune intitulée L'homophobie et le sexisme à En marche : dehors !

Lire aussi : En comparant le port du voile par une enfant à celui d'un serre-tête, un député LREM divise son camp

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»