Macron veut être «intraitable» face à «l'islam politique» qui s'est installé dans certains quartiers

Macron veut être «intraitable» face à «l'islam politique» qui s'est installé dans certains quartiers© Ludovic MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 25 avril.

A l'approche des élections européennes, Emmanuel Macron a prôné l'intransigeance face à «un islam politique qui veut faire sécession» avec la République. Il souhaite renforcer les contrôles des financements qui viennent de l'étranger.

Au coude-à-coude dans les sondages avec le Rassemblement national pour les élections européennes du 29 mai, Emmanuel Macron vient d'envoyer un message clair sur sa droite. Lors de sa conférence de presse à l'Elysée le 25 avril, organisée en conclusion du grand débat national, le président a eu des mots plus forts qu'à son habitude concernant l'islamisme et son influence dans certains quartiers.

«Aujourd'hui, nous ne devons pas nous masquer : quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité mais du communautarisme qui s'est installé dans certains quartiers de la République», a lancé sans ambages le chef de l'Etat, avant de pointer du doigt la responsabilité de «l'islam politique».

Un islam politique qui veut faire sécession avec notre République

«On parle des gens qui au nom d'une religion poursuivent un projet politique, celui d'un islam politique qui veut faire sécession avec notre République», a fait valoir Emmanuel Macron, appelant le gouvernement à être «intraitable», et plaidant pour un renforcement des contrôles des financements qui viennent de l'étranger.

Si cette sortie peut se lire à l'aune de l'échéance électorale à venir, elle fait aussi écho au discours de passation de l'ex-ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui avait fait grand bruit. Evoquant la nécessité d'une «reconquête républicaine», Gérard Collomb avait reconnu qu'en France, des quartiers échappaient encore à la loi de la République. «C'est plutôt la loi du plus fort qui s'impose, [celle] des narco-trafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République», avait-il asséné.

Lire aussi : Le gouvernement s'inquiète d'une «porosité» entre délinquance et radicalisation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»