Vinci a déversé des eaux polluées dans la Seine à Nanterre

- Avec AFP

Vinci a déversé des eaux polluées dans la Seine à Nanterre© ERIC PIERMONT Source: AFP
(image d'illustration)

Vinci a reconnu dans un communiqué avoir déversé des eaux chargées de résidus de béton dans la Seine. Une plainte a été déposée par une association de protection de l'environnement.

Le géant du BTP Vinci, visé par une plainte déposée par une association de pêche et de protection de la nature, a reconnu avoir déversé des eaux chargées de résidus de béton sur les berges de Seine à Nanterre (92).

Un garde-pêche a repéré l'écoulement le 19 mars, lors d'une promenade de routine, selon l'Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA), confirmant une information d'Europe 1.

Le déversement provenait d'une centrale à béton, propriété de Vinci Construction, servant à alimenter le chantier Eole d'extension du RER E vers l'ouest parisien. Le point de sortie des eaux sales «était bien caché» et facilité par «une ouverture dans le grillage», a déclaré à l'AFP Sandrine Armirail, directrice de la maison de la pêche et de la nature et présidente de l'AAPPMA 92.

L'association a déposé plainte pour «abandon de déchet, rejet en eau douce de substance nuisible au poisson et destruction de frayères». Les eaux chargées de résidus de béton rejetées dans la Seine ont cimenté «tout un pan de berge», la transformant en un «désert aquatique», a déploré Sandrine Armirail. «Les berges, c'est l'endroit le plus intéressant pour la biodiversité. Là, vu que tout est bétonné sur le fond, il n'y a plus rien», a-t-elle ajouté. Selon Sandrine Armirail, l'évacuation des eaux polluées a commencé en 2018.

Valérie Pécresse «scandalisée»

Dans un communiqué, Vinci a assuré avoir «mis en œuvre les mesures nécessaires pour stopper cet écoulement». «Après enquête interne, si des responsabilités individuelles venaient à être établies, des sanctions seront prises», a promis le géant du BTP.

Vinci a également qualifié cet incident d'«exceptionnel» et a indiqué se tenir «à l'entière disposition des autorités administratives et judiciaires dans le cadre de l'enquête qui pourrait être ouverte».

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains) s'est, de son côté, dite «scandalisée». «Je demande au groupe Vinci que toute la clarté soit faite dans cette affaire, et des sanctions exemplaires contre ces pollutions sauvages!», a-t-elle twitté.

Lire aussi : Péages gratuits : après les avoir identifiés, Vinci va contacter ceux qui n'ont pas payé l'autoroute 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»