Une Gilet jaune d'Amiens matraquée dans le dos pendant l'acte 23 porte plainte (VIDEO)

Une Gilet jaune d'Amiens matraquée dans le dos pendant l'acte 23 porte plainte (VIDEO)© Twitter : @davduf
Capture d'écran d'une Gilet jaune à terre après avoir reçu un coup de matraque le 20 avril 2019 à Paris (image d'illustration).

Une mère de famille amiénoise a décidé de porter plainte après avoir reçu un violent coup de matraque à la nuque lors de l'acte 23 des Gilets jaunes à Paris. La manifestante affirme toutefois ne pas avoir de haine contre la police.

A 39 ans, Mélanie est mère de deux enfants et salariée dans un centre social d'Amiens. Le 20 avril, elle a été transportée à l'hôpital après avoir reçu un coup de matraque au niveau de la nuque, alors qu'elle marchait le dos tourné à une charge policière, lors de l'acte 23 des Gilets jaunes à Paris, pour lequel elle avait fait le déplacement avec son mari.

Comme le rapporte le Courrier Picard qui a pris contact avec la Gilet jaune, celle-ci a déposé ce 23 avril une plainte contre X pour violences policières.

J’étais de dos, je n’avais qu’un tract blanc à la main que l’on m’avait distribué

«C’est en arrivant chez moi que j’ai appris qu’il y avait une vidéo qui circulait sur les réseaux sociaux. J’ai été stupéfaite et révoltée en la regardant dimanche [21 avril]. Jamais je n’ai représenté le moindre danger pour le CRS qui m’a frappée. J’étais de dos, je n’avais qu’un tract blanc à la main que l’on m’avait distribué», explique Mélanie auprès du quotidien régional, expliquant par ailleurs ne «pas [avoir] de haine contre la police». «Si je porte plainte, ce n’est pas pour gagner de l’argent mais pour empêcher mon agresseur de faire du mal gratuitement à d’autres personnes», précise-t-elle.

La scène en question, filmée, a en effet rapidement été diffusée sur les réseaux sociaux, permettant au journaliste David Dufresne de procéder, via Twitter, à un énième signalement adressé au ministère de l'Intérieur, et resté, comme les autres, sans réponse.

J’ai même scandé aux policiers «Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous !»

Contrairement à certains individus venus en découdre avec les forces de l'ordre à l'occasion de ce 23e acte de la mobilisation citoyenne, Mélanie affirme au Courrier Picard ne «pas être quelqu'un de violent ou d'anti-flic» : «Avec d’autres, j’ai même scandé aux policiers : "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous !"», précise-t-elle.

Lire aussi : «Ne vous suicidez pas !» : ces slogans de Gilets jaunes qui peinent à attirer l'attention médiatique

Déjà-vu ?

Le cas de la Gilet jaune amiénoise n'est pas sans rappeler celui de Geneviève Legay, 73 ans, elle aussi blessée lors d'une charge de la police, pendant l'acte 19 des Gilets jaunes à Nice, alors qu'elle venait défendre le droit de manifester. Dans la foulée d'une affaire qui avait choqué l'opinion publique, alors qu'il avait souhaité «un prompt rétablissement» à la septuagénaire blessée, Emmanuel Macron l'avait également appelée à faire preuve de responsabilité. «Il faut avoir un comportement responsable. [...] Quand on est fragile, qu'on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci», avait-il expliqué.

Face à ce qu'ils considèrent comme une absence de réponse politique de la part du gouvernement, voilà maintenant plus de cinq mois que des Gilets jaunes continuent de se mobiliser, tant à travers les rassemblements répétés du samedi qu'avec le retour d'actions locales organisées en périphérie des grandes agglomérations.

Quelle qu'en soit la forme, la mobilisation des Gilets jaunes ne cesse d’exaspérer le camp Macron, celui-ci ayant maintes fois exprimé son intention d'y mettre un terme... sans y parvenir pour l'heure. Si le chef d'Etat lui-même avait au mois de février qualifié de «complices du pire» les Français qui continuaient de participer aux manifestations «violentes» du samedi. «Le combat, c'est fini», déclarait quant à lui Richard Ferrand au mois de décembre 2018, réclamant l'intervention des forces de l'ordre sur les ronds-points.

Lire aussi : Gilets jaunes, «une écurie de branquignols» ? Le chef du service politique de France 24 donne le ton

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»