«Le combat, c'est fini» : Ferrand réclame l'intervention des forces de l'ordre sur les ronds-points

«Le combat, c'est fini» : Ferrand réclame l'intervention des forces de l'ordre sur les ronds-points© Benoit Tessier Source: Reuters
Richard Ferrand le 26 avril 2017 à Paris (image d'illustration).

Aujourd'hui président de l'Assemblée nationale, le premier parlementaire socialiste à avoir rejoint le camp Macron souhaite que les Gilets jaunes s'arrêtent. Il a affirmé être favorable à l'envoi de CRS et de gendarmes sur les ronds-points de France.

«Ce n'est plus possible d'entraver la liberté de circulation ! [...] Les combats c'est fini, le débat c'est maintenant.» : s'appuyant sur les récentes réponses apportées par le gouvernement aux Gilets jaunes, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a, ce 16 décembre, appelé le mouvement citoyen à arrêter le combat. De fait, lors de son intervention sur France 3, le député du Finistère a insisté sur la nécessité de «libérer l'espace public» et suggéré d'envoyer «les CRS ou les gendarmes à la campagne» sur les points de blocage persistants.

«Le message a été passé, les réponses données ont été massives, des lois vont être prises», a en outre rappelé Richard Ferrand.

Lire aussi : Gilets jaunes : malgré un acte 5 difficile, un mouvement citoyen qui prend forme ?

Les propos du premier parlementaire socialiste à être passé dans le camp macroniste (en octobre 2016), interviennent au lendemain de l'acte 5 de la mobilisation des Gilets jaunes, celui-ci s'étant tenu cinq jours après l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron dont les réponses n'ont pour l'heure pas entamé la détermination de nombre de Gilets jaunes. Le 13 décembre à Versailles, certains de ses relais officiels prêtaient serment «de ne pas [se] séparer avant d'avoir obtenu la présentation [...] du référendum d'initiative citoyenne (RIC), du recul des privilèges d'Etat et de la baisse des prélèvements obligatoires».

Rebondissant sur l'une de ces revendications, il est à noter que le Premier ministre Edouard Philippe a d'ores et déjà affirmé qu'il était favorable à un débat sur le référendum d'initiative citoyenne, «mais pas sur n'importe quel sujet».

Par ailleurs, au moment où Richard Ferrand explique vouloir «libérer l'espace public», les exemples du soutien local apporté par la population aux Gilets jaunes ne manquent pas. En témoigne la multiplication des actions de solidarité aux abords des ronds-points de France.

Le matin du 17 décembre, des VTC en gilets jaunes ont entamé une action de blocage au marché de Rungis. Ils entendent reconduire l'action jusqu'à Noël.

Lire aussi : Paroles de Gilets jaunes : on a retrouvé la fraternité sur les rond-points (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter