Les retraités dans la rue pour exiger une revalorisation de leurs pensions (IMAGES)

Les retraités dans la rue pour exiger une revalorisation de leurs pensions (IMAGES)© Thomas Samson Source: AFP
Les retraités manifestent pour la septième fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron.

Face à un exécutif qu'ils jugent sourd à leurs revendications, les retraités ont battu le pavé pour la septième fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron afin de réclamer une revalorisation de leurs pensions ou encore l'abandon de la hausse de la CSG.

Pour la septième fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron, des retraités étaient mobilisés partout en France, ce 11 avril, afin de réclamer une revalorisation des pensions et interpeller un gouvernement «sourdingue» à leurs revendications, selon leur intersyndicale.

Composée de neuf organisations et associations de retraités (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR, LSR et UNRPA), celle-ci demande également la suppression de la hausse de la CSG, une pension minimum à hauteur du Smic ou encore une «prise en charge de la perte d'autonomie à 100% par la Sécurité sociale». 

A Paris, plus d'un millier de personnes ont défilé sous le soleil, selon une journaliste de l'AFP. Les manifestants, dont certains scandaient «Macron, rends-nous le pognon !», marchaient derrière une banderole proclamant : «Les retraités ne sont pas des nantis, revalorisation des pensions». 

L'augmentation des pensions de 0,3%, «c'est honteux», estime Juan Velo, 71 ans, un retraité de l'industrie qui touche 2 500 euros par mois après 42 ans de travail. «Non seulement ils nous volent, mais en plus ils se moquent de nous !», s'indigne le septuagénaire, qui se dit «gilet jaune tous les samedis».

A Marseille, entre un millier de personnes, selon l'AFP, et 3 000 selon les organisateurs, ont défilé dans le calme derrière une banderole proclamant : «La pension des retraités n'est pas une allocation familiale, mais un droit acquis par le travail».

A Bordeaux, la préfecture a recensé 900 manifestants. Dans le cortège étaient présents quelques Gilets jaunes. Graziella Danguy (FSU), elle, est venue dénoncer «l'appauvrissement général des retraités». «Ce gouvernement ne cesse de baisser le pouvoir d'achat, les retraités sont obligés d'en appeler à leurs enfants ou à d'autres», dénonce-t-elle. Les manifestants étaient également quelques centaines à Strasbourg, ainsi que 600 à Tours et 700 à Nantes selon la police.

Dans le cadre du budget de la Sécurité sociale pour 2019, l'exécutif avait décidé de limiter à 0,3% la revalorisation des retraites en janvier, bien en-deçà de l'inflation qui s'est établie à 1,8% en 2018. Il avait ainsi attisé la colère d'une population déjà échaudée par la hausse de la CSG et un quasi-gel des pensions depuis 2013.

Le même jour, dans l'après-midi, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn a redit devant le Sénat qu'une réindexation des petites retraites sur l'inflation était «sur la table», comme une des réponses possibles au grand débat. «Le gouvernement a entendu aujourd'hui les demandes des retraités modestes», a-t-elle assuré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»