Après l'occupation de son toit par Génération identitaire, la Caf de Bobigny porte plainte

- Avec AFP

Après l'occupation de son toit par Génération identitaire, la Caf de Bobigny porte plainte© Charles Platiau Source: Reuters
L'entrée de la Caisse d'allocations familiales (CAF) à Paris (image d'illustration).

La caisse d'allocations familiales (Caf) de Seine-Saint-Denis a annoncé avoir porté plainte contre le mouvement de droite radicale Génération identitaire, dont certains membres ont occupé pendant plusieurs heures les toits de l'établissement.

Entre 7 heures et midi, «19 activistes d'extrême-droite ont occupé les toits de la Caf», située à Bobigny, a expliqué à l'AFP Bérénice Galey, directrice des prestations et du service à l'allocataire, ce 29 mars. Ils ont tous été interpellés et placés en garde à vue pour «participation à un attroupement malgré sommation de se disperser». 

Des membres de Génération identitaire ont en effet déployé trois banderoles, dont une qui recouvrait l'ensemble du bâtiment de la caisse d'allocations familiales de Seine-Saint-Denis et portait l'inscription : «De l'argent pour les Français. Pas pour les étrangers !» Des chants et slogans ont également été scandés tels que «on est chez nous» ou «nous voulons, nous aurons le remigration».

Les pancartes ont par la suite été retirées et les membres de Génération identitaire ont été évacués peu avant midi par la police qui a bouclé le quartier, entraînant la fermeture de l'établissement au public.

Par voie de conséquence, la Caf a décidé de porter plainte contre l'organisation.

«Cette action porte atteinte au fonctionnement du service public, mais également à ses valeurs», a regretté Tahar Belmounès, directeur général de la Caf 93, dans un communiqué. «En appelant à restreindre les droits sociaux des étrangers, le groupe Génération identitaire nie l'identité de la branche Famille de la sécurité sociale», poursuit Tahar Belmounès.

Trois heures après le début de l'action de Génération identitaire, des sympathisants CFDT et FO s'étaient rassemblés devant la CAF 93 à Bobigny en signe de soutien.

«Ils affichent leur haine dans le 93 pour diviser les habitants entre eux et faire diversion... Ils sont comme d'habitude les idiots utiles du gouvernement. Vite, leur dissolution !», a pour sa part tweeté Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis.

Le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a dénoncé de son côté «les méthodes de Génération identitaire qui utilisent les bâtiments publics pour vomir leur message de haine» et réclamé sa «dissolution».

Le Parti communiste français (PCF) du 93 a fustigé dans un communiqué «une stratégie réfléchie [...] par les forces de l’extrême droite en Seine-Saint-Denis et à Bobigny en particulier pour implanter leurs idées nauséabondes». 

Lire aussi : Action choc dans les Alpes : quatre militants de Génération identitaire placés en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»