Nouvelles mises en examen pour Benalla, notamment pour son selfie avec une arme

Nouvelles mises en examen pour Benalla, notamment pour son selfie avec une arme© Capture d'écran Twitter, @Mediapart
Le 24 septembre 2018, Mediapart révélait un selfie sur lequel Alexandre Benalla apparaissait avec une arme (image d'illustration).

Selon l'AFP, l'ex-conseiller de l'Elysée Alexandre Benalla a une nouvelle fois été mis en examen, pour un selfie avec une arme ainsi que pour des violences en marges des manifestations du 1er Mai.

Alexandre Benalla a écopé le 20 mars de nouvelles mises en examen, pour d’autres violences en marge des manifestations du 1er Mai 2018 et pour l’épisode du selfie le montrant avec une arme, selon une source judiciaire auprès de l'AFP.

Au terme de son audition, dans la matinée du 20 mars au tribunal de grande instance de Paris, l’ex-collaborateur de l’Elysée est ressorti du bureau des juges avec de nouvelles mises en examen pour «immixtion dans l’exercice d’une fonction publique» et «violences volontaires en réunion sans incapacité», des faits qui concernent l'épisode du Jardin des Plantes de mai 2018, et pour «port et détention non autorisés d’armes de catégorie B», s’agissant du selfie avec une arme, selon la source judiciaire de l'AFP qui confirmait des informations du Parisien.

Concernant ce dernier point, entendu par les juges lors d'une mise en examen en date du 29 novembre 2018, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron avait alors affirmé qu'il s'agissait probablement d'un pistolet à eau, dans le cadre «festif» d'une soirée de l'entre-deux tours. Sauf que, selon Le Parisien, «les investigations menées par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) ont mis à mal cette ligne de défense», des membres de la sécurité d’Emmanuel Macron présents lors de ces festivités ayant «émis de fortes réserves quant à la nature factice de l’arme».

Selon les informations du quotidien, l'employé de La République en marche (LREM) Vincent Crase a également été mis en examen le 13 mars pour une interpellation musclée au Jardin des Plantes alors qu'il ne devait être présent qu'en tant qu'observateur.

Lire aussi : Affaire Benalla : Emmanuel Macron relève Alain Gibelin de ses fonctions

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»