Joachim Son-Forget se dit «contaminé» par les «idées d’extrême gauche» de son «ami» Mélenchon

Joachim Son-Forget se dit «contaminé» par les «idées d’extrême gauche» de son «ami» Mélenchon© Thomas SAMSON Source: AFP
Joachim Son-Forget, à l'Assemblée nationale le 16 janvier 2019.

Au cours d'un débat sur le glyphosate à l'Assemblée nationale, l'ancien député macroniste Joachim Son-Forget, devenu apparenté UDI, a interrompu la séance pour exprimer sa surprise d'être placé à côté... de La France insoumise.

Alors qu'allait être discutée, le 21 février, une proposition de La France insoumise sur l'interdiction du glyphosate, le trublion macroniste et ancien député La République en marche (LREM) Joachim Son-Forget a souhaité faire un rappel au règlement quelque peu fantaisiste.

Il a d'abord rappelé qu'il avait créé son propre mouvement, le Je suis français et européen (JSFEE), qui lui permettait d'être apparenté à l'Assemblée au groupe UDI, Agir et indépendants.

«Mais vous m’avez toujours laissé à cette place», s'adresse-t-il au président de séance Hugues Renson, en référence au fait qu'il se situe à proximité immédiate du groupe de La France insoumise. «Il m’arrive parfois d’être contaminé par ces idées d’extrême gauche et notamment celles de mon ami Jean-Luc Mélenchon qui a vanté, aujourd'hui, le pouvoir du peuple», poursuit-il, réussissant à provoquer les rires des députés présents. «J'étais majoritaire [du fait de son appartenance à la majorité LREM] et je me retrouve [aujourd'hui] minoritaire», regrette-t-il, en citant ensuite l'artiste Jean-Jacques Goldman, compositeur de la chanson Minoritaire : «Papa quand je serai grand, je sais ce que je vais faire, je serai minoritaire.»

Et d'embrayer sans transition sur des sujets politiques, déclarant notamment que «le peuple demande une combinaison du pouvoir participatif et législatif», citant en exemple la Suisse.

Hugues Renson a, peu après, interrompu le député en précisant que Joachim Son-Forget n'était visiblement plus dans «le cadre d'un rappel au règlement», mentionnant par ailleurs que «l'ordre [et l'organisation] des places et l'organisation ne fait pas complètement l'objet de la discussion qui nous rassemble aujourd'hui».

Lire aussi : «Pot de maquillage sur la tête» : un député LREM attaque une sénatrice sur son apparence

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter