Des gendarmes réservistes patrouilleront dans les bus d'Ile-de-France

Des gendarmes réservistes patrouilleront dans les bus d'Ile-de-France© JOEL SAGET Source: AFP
Un gendarme déployé à Paris dans le cadre du plan Vigipirate, 2015 (image d'illustration).

Après un vote à l'unanimité lors du conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités, présidé par Valérie Pécresse, des gendarmes réservistes et des militaires en fonction patrouilleront dans les transports en grande couronne parisienne.

Selon une annonce du syndicat des transports Ile-de-France Mobilités en date du 13 février, des patrouilles composées de trois gendarmes réservistes de la Garde nationale et d'un militaire en fonction patrouilleront dans les transports en grande banlieue de Paris à partir du mois d'avril 2019.

Ce dispositif a déjà été testé dans le Val-d'Oise entre octobre et décembre 2018 à raison de trois patrouilles par semaine et va être étendu à la Seine-et-Marne, puis aux Yvelines et à l'Essonne. Un millier de patrouilles de gendarmes seront ainsi affectées à cette mission. Elles seront déployées à bord et aux abords des transports en commun. Le financement de l'opération (plusieurs centaines de milliers d'euros) sera à la charge de la région Ile-de-France après un vote à l'unanimité lors du conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités présidé par Valérie Pécresse, présidente de la région.

Au programme, les militaires pourront procéder à des fouilles de bagages et des contrôles d'identité. Selon les informations de France Info, l'expérimentation menée dans le Val-d'Oise aurait permis un «effet immédiat constaté dans la lutte contre la fraude». Leur présence en patrouille permettrait également d'apaiser les tensions locales liées à la délinquance, alors qu'en leur absence, une dizaine d'incidents auraient été recensés sur les mêmes zones, tels des jets de projectile, des vols, et au moins une rixe, selon une information communiquée par Ile-de-France Mobilités.

Sur Twitter, la présidente de région a expliqué ainsi la démarche : «Nous avons voté le déploiement de 1000 patrouilles de réservistes de la Gendarmerie dans les bus de grande couronne pour combattre le sentiment d’insécurité sur les bouts de lignes et aux heures creuses.»

Lire aussi : «L’opération Sentinelle a laissé beaucoup de traces», selon le chef d'état-major de l'armée de Terre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»