Du RN à LFI, la classe politique condamne la tentative d'incendie au domicile de Richard Ferrand

Du RN à LFI, la classe politique condamne la tentative d'incendie au domicile de Richard Ferrand© REUTERS/Stephane Mahe
Richard Ferrand en février 2018 (image d'illustration).

Opposition et majorité confondues, la classe politique a dénoncé d'une seule voix la tentative d'incendie «volontaire» au domicile du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Une fois n'est pas coutume, l'ensemble de la classe politique, d'Emmanuel Macron en passant par le Rassemblement national (RN) et La France insoumise (LFI), est d'accord. Les hommes et femmes politiques ont en effet dénoncé à l'unisson la tentative d'incendie survenue au domicile de Richard Ferrand ce 8 février.

Le président de la République est monté au créneau pour exprimer sa solidarité, sur Twitter, envers le président de l'Assemblée nationale : «Rien ne légitime la violence ou l’intimidation à l’égard d’un élu de la République.»

«C'est comme s'en prendre à la République», a pour sa part déclaré Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, sur BFMTV.

Présidente du RN, Marine Le Pen a dénoncé un «acte extrêmement grave et totalement inadmissible».

Un avis partagé par Laurent Wauquiez, chef de file des Républicains (LR), qui a tweeté : «Rien ne justifie les menaces et les violences contre les représentants de notre Nation.»

Le député de LFI, Alexis Corbière, a exprimé sa solidarité envers Richard Ferrand.

«En démocratie, la colère est légitime, on peut parler fort, les désaccords sont sains mais on ne les règle pas par la violence», a commenté son collègue Adrien Quatennens, exprimant lui aussi sa solidarité envers président de l'Assemblée nationale.

Le 8 février, Richard Ferrand avait fait état dans un communiqué d'une tentative d'«incendie volontaire» contre son domicile. «L’origine criminelle ne semble pas faire de doute», avait-il commenté. Le président de l’Assemblée nationale, qui a déposé plainte, a tenu à «dénoncer cet acte grave». Rien «ne justifie les intimidations, rien ne justifie les violences et les dégradations», a-t-il encore écrit.

Lire aussi : Tentative d'incendie au domicile du président de l'Assemblée nationale (PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter