Le préfet de l'Ardèche pris à partie lors d'un blocage mené par des Gilets jaunes

Le préfet de l'Ardèche pris à partie lors d'un blocage mené par des Gilets jaunes© KENZO TRIBOUILLARD Source: AFP
Françoise Souliman, alors secrétaire générale de la préfecture de Haute-Garonne, quitte le 27 mars 2012 le palais présidentiel de l'Elysée (image d'illustration).

Françoise Souliman, le préfet de l'Ardèche, a été prise à partie le 5 février par des manifestants sur le rond-point de Millet à Aubenas. Si le face-à-face n’a pas donné lieu à des violences physiques, son véhicule a subi quelques dégradations.

Le véhicule du préfet de l’Ardèche, Françoise Souliman, ainsi que celui de son équipe a été momentanément immobilisé le 5 février par des Gilets jaunes au niveau du rond-point de Millet à Aubenas. Au micro de France Bleu, elle relate les circonstances de cet incident : «J'allais visiter une entreprise dans le Sud-Ardèche, quand, en passant par Aubenas, nous avons été arrêtés, comme beaucoup de voitures, à un carrefour parce qu'il y avait des manifestations. Nous attendions de pouvoir redémarrer, quand des gilets jaunes ont reconnu mon véhicule et évidemment ont commencé à nous encercler.»

Elle explique alors être sortie de son véhicule pour engager une discussion avec les protestataires. Sans succès : «Je suis sortie, j'ai tenté de discuter avec eux mais le dialogue était totalement impossible parce que c'était plus des vociférations et des cris qu'une volonté de parler», déplore-t-elle.

Dans son récit, elle évoque également les dégradations commises à l’encontre des véhicules : «Nous avons eu un pneu crevé, la voiture rayée. Une voiture qui m'accompagnait a eu deux pneus crevés. Mais, et c'est le plus important, il n'y a aucun blessé, c'est du matériel. Mais c'est vrai que c'est toujours extrêmement déplaisant de faire son travail et de ne pas pouvoir aller et venir normalement.»

Selon Le Parisien, elle a décidé de porter plainte pour «dégradation de biens publics». Toujours selon le quotidien qui cite la préfecture, une personne a été interpellée. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter