Gilets jaunes : un acte 12 en hommage aux blessés et aux victimes (EN CONTINU)

Gilets jaunes : un acte 12 en hommage aux blessés et aux victimes (EN CONTINU)© Zakaria ABDELKAFI Source: AFP
La mobilisation des Gilets jaunes à Paris, le 2 février.

«Hommage aux blessés», c'est le mot d’ordre qui se dégage pour l’acte 12 de la mobilisation des Gilets jaunes, le 2 février. Comme chaque semaine, plusieurs rassemblements ont été annoncés dans toutes les grandes villes de France.

Mise à jour automatique
  • La page publique Facebook «Le Nombre Jaune - Compteur de MANUfestations» a publié, au lendemain de l'acte 12, son propre compte des manifestants : 115 954, «au minimum».

    «Encore une fois ce décompte est loin d'être exhaustif, nous vous invitons à nous transmettre vos chiffrages appuyés par des vidéos, photos ou liens presses les prochains samedis», ont rappelé les administrateurs de la page.

    Pour arriver à un tel chiffre, les administrateurs du groupe se sont appliqués à recenser l'ampleur des mobilisations locales, encourageant les contributeurs à détailler toute information communiquée dans le groupe, notamment en citant des sources de presse locale.

    L'estimation est à comparer avec celle du ministère de l'Intérieur qui estimait à 19h le 2 février, que 58 600 Gilets jaunes avaient manifesté dans toute la France pour l'acte 12.

    Lire aussi : «Le Nombre Jaune» : 147 365 Gilets jaunes dans les rues lors de l'acte 10, selon un nouveau décompte

  • Acte 12 : suivez la mobilisation des Gilets jaunes en direct.

  • Selon le président du syndical lycéen UNL Louis Boyard, celui-ci aurait été touché par un tir de lanceur de balle de défense lors de la manifestation parisienne.

    Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a réagi en traitant le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, de «brute».

  • D'après un premier décompte du Nombre jaune – un collectif qui s'est assigné comme mission d'opérer un décompte du nombre de participants grâce à des référents présents sur le terrain – 73 367 personnes ont manifesté dans 132 localités en France pour l'acte 12 de la mobilisation. Le chiffre va certainement évoluer dans la soirée, en fonction des remontées des autres communes.

  • Selon le ministère de l'Intérieur à 19h, 58 600 Gilets jaunes ont manifesté dans toute la France pour l'acte 12.

    Les autorités avaient recensé 69 000 personnes mobilisées sur l'ensemble du territoire lors de l'acte 11, des chiffres régulièrement contestés par les Gilets jaunes qui accusent le gouvernement de minorer la mobilisation.

  • La place de la République à Paris se vide peu à peu.

    Les forces de l'ordre quittent la place sous les huées des Gilets jaunes.

  • La préfecture a compté 5 400 manifestants venus de tout le sud-est de la France pour l'Acte 12 des Gilets jaunes. Un chiffre jamais atteint dans la ville de Valence qui compte 62 000 habitants et qui avait accueilli 3 500 Gilets jaunes au plus fort de la mobilisation locale le 5 janvier dernier.

    Ils n'ont pas été épargnés par les bourrasques et la pluie glaciale, mais les Gilets jaunes ont bravé les éléments pour une «marche régionale» réussie et globalement apaisée.

    Dans un premier bilan dressé en début de soirée, le maire LR de Valence Nicolas Daragon s'est dit «rassuré» après la marche, malgré quatre blessés légers à déplorer dans les rangs des forces de l'ordre. 

  • La reporter Stéphanie Roy annonce avoir été blessée à la jambe à Paris par «un tir de grenade de désencerclement».

    «Les risques du métier... Merci aux confrères pour leur aide», a-t-elle ajouté sur Twitter.

  • L'un des porte-paroles des Gilets jaunes parisiens et proche de Francis Lalanne pour constituer une liste aux européennes, Thierry Paul Valette, a été victime d'un jet de projectile.

    Il a été ensuite pris en charge par les street medics. Interviewé par la journaliste Stéphanie Roy, Thierry Paul Valette disposait de toutes ses facultés.

  • Deux policiers ont été blessés à Nantes par des jets de projectiles lors de la manifestation des Gilets jaunes, selon une source policière et un photographe interrogés par l'AFP.

    Un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) a été évacué par les pompiers, a constaté le photographe.

    Selon les services de police de Loire-Atlantique, les deux policiers ont été blessés par des «jets de projectiles» et un manifestant a été interpellé.

    Un photographe indépendant a lui aussi été blessé à la lèvre, a constaté l'AFP.

    Environ 1 500 personnes défilaient dans le centre de Nantes dans une atmosphère tendue. Aux jets de projectiles, les forces de l'ordre ont répliqué par des grenades de gaz lacrymogènes.

    La grille d'un hôtel particulier abritant la BNP a été forcée et des poubelles incendiées dans la cour, a constaté le photographe de l'AFP, les autorités faisant état de «plusieurs établissements bancaires dégradés».

Découvrir plus

Les manifestations annoncées de Gilets jaunes ce 2 février marquent, pour ce douzième samedi consécutif, le troisième mois de mobilisation.

Pour cette mobilisation, le mot d'ordre est de rendre hommage aux blessés des 11 actes précédents. Les «Gueules cassées» seront en tête de cortège à Paris et des hommages leur seront rendu en régions : l’acte 12 des Gilets jaunes, ce 2 février, va mettre à l'honneur les centaines de manifestants blessés depuis le début de la contestation, en exigeant la fin des «violences policières qui mutilent».

Cette revendication est amplifiée par le refus du Conseil d’Etat, ce 1er février, de suspendre l’usage des lanceurs de balles de défense (LBD)

En outre l’augmentation des prix de centaines de produits de consommation, ce 1er février, tout comme celle des péages autoroutiers, ne risque pas d'affaiblir la détermination des Gilets jaunes.

A quoi faut-il s’attendre ?

A Paris, les Gilets jaunes appellent à une «marche blanche dans le calme» en hommage «aux blessés et aux mutilés victimes de la violence policière».

A Marseille, si l'on en croit les annonces sur les réseaux sociaux, les Gilets jaunes ont prévu en amont du défilé sur le Vieux-Port, l’érection d’un «mur de la honte» en souvenir des 14 personnes mortes (11 en France, 3 en Belgique) en marge des manifestations depuis le 17 novembre, qui marque le début du mouvement.

Des rassemblements sont également prévu à Nancy, à Nantes, à Caen, à Rouen et à Bordeaux.

A Rennes, à la suite des violences de ces dernières semaines, Michèle Kirry, préfet d’Ille-et-Vilaine et de Bretagne, a décidé d’interdire, une nouvelle fois, toute manifestation non déclarée dans le centre-ville ce 2 février.

A Toulouse où la mobilisation a été très importante ces dernières semaines, deux rassemblements sont prévus en début d'après-midi, dont l'un a été déclaré. Pour éviter les violences, une assemblée citoyenne doit avoir lieu le 3 février pour «structurer le mouvement» dans une salle prêtée par la municipalité.

Mais, après Bourges, centre de la manifestation du 12 janvier, c’est cette fois vers Valence, dans la Drôme, que les regards vont se tourner, selon Ouest-France. Emmanuel Macron s’était déplacé la semaine dernière dans cette ville. Les autorités attendraient jusqu’à 10 000 Gilets jaunes ce 2 février dans l’après-midi. En prévision, le mobilier urbain a même été retiré.

Lire aussi : Macron : la médiatisation des Gilets jaunes, «manipulation» appuyée par une «puissance étrangère»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter