«Un grand raout pour faire sa communication» : interrogations autour du Grand débat de Macron

«Un grand raout pour faire sa communication» : interrogations autour du Grand débat de Macron© PHILIPPE WOJAZER / POOL Source: AFP
Emmanuel Macron entouré de maires à Grand Bourgtheroulde pour le lancement de son Grand débat national, le 15 janvier 2019.

Questions préparées à l'avance, maires triés sur le volet, désintérêt des Français selon un récent sondage : la pertinence du grand débat national voulu par Emmanuel Macron suscite plusieurs interrogations.

Emmanuel Macron a entamé le 15 janvier à Grand Bourgtheroulde dans l'Eure son Grand débat national, lancé avec l'ambition de mettre un terme à la crise des Gilets jaunes. Or, les modalités de celui-ci, autant que l'intérêt qu'il suscite auprès des Français, interrogent quant à sa pertinence.

Invités à y participer en nombre, certains édiles eux-mêmes ont montré leur réticences à prendre part à cette rencontre, craignant d'être instrumentalisés par l'exécutif et de se mettre à dos une partie de leurs administrés. «On ne veut pas devenir les boucs émissaires», a ainsi soutenu un élu dans les colonnes du Point, la veille de l’événement. 653 maires de la région ont finalement fait le déplacement. Assis en rond autour du président, ils lui ont posé des questions et écouté ses réponses 7 heures durant, dans un exercice qui rappelait étrangement celui pratiqué pendant sa campagne présidentielle.

Le chef de l'Etat n'a d'ailleurs pas été poussé dans ses retranchements à cette occasion, échangeant des rires avec son auditoire avant d’être longuement applaudi vers 22h10 par des maires, debout.

Et pour cause, comme le souligne Le Point, des «maires coordinateurs» avaient été désignés pour «préparer en amont deux questions et les attribuer à deux de leurs collègues dont les noms [ont été] donnés à l’avance aux préfets». Alain Lenormand, vice-président de la communauté urbaine d'Alençon a ainsi expliqué qu'il s'était vu réclamer «une question en lien avec les Gilets jaunes». Un autre maire, cité par RTL, une question sur l’ISF. «C'est un grand raout destiné à faire sa communication», a ainsi jugé sans concession un élu interrogé par Le Point.

Des édiles soigneusement choisis ?

D'autant que si l'on en croit le maire de Beaucaire Julien Sanchez (Rassemblement national), le processus de sélection des maires laisse à désirer. Pour la deuxième étape d'Emmanuel Macron prévue en Occitanie ce 18 janvier, l'édile explique que «seuls 50 maires ont été triés» pour sa région, le Gard, qui vote massivement pour le RN. Et de déplorer : «maire de la 4e commune du Gard, je n’ai pas été invité.»

L'image que souhaite renvoyer le président de la République viendrait-elle éclipser sa promesse de discussions et de débats ? Il semble en tout cas y apporter une attention certaine. Souillac, le bourg de 3 750 âmes qui accueille cette deuxième étape, a ainsi été placé sous haute sécurité : centre bouclé, marché annulé et surtout manifestations interdites. Un arrêté préfectoral prohibe ainsi «toute manifestation, notamment dans le cadre du mouvement dit des Gilets jaunes», entre 8h et 23h. Pas étonnant dès lors de constater le désintérêt des Français pour l'exercice, selon un sondage Odoxa Dentsu consulting réalisé auprès de 1 000 personnes,et publié jeudi 17 janvier. D'après celui-ci, 64% des sondés se disent sceptiques sur l'utilité du grand débat, et moins d'un tiers (29%) ont fait part de leur intention d'y participer.

Lire aussi : «Il y en a qui déconnent» : Macron veut «responsabiliser» les gens «en difficulté» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»