Macron estime que beaucoup de Français oublient le «sens de l'effort», l'opposition s'insurge

Macron estime que beaucoup de Français oublient le «sens de l'effort», l'opposition s'insurge © POOL Source: Reuters
Emmanuel Macron devant la galette des rois le 11 janvier à l'Elysée.

A la veille de l'acte 9 des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a tancé les nombreux Français qui «pensent qu'on peut obtenir sans qu['un] effort soit apporté». Il a d'ailleurs fait une allusion à peine masquée aux Gilets jaunes.

Emmanuel Macron a-t-il volontairement jeté de l'huile sur le feu avant les nouvelles manifestations des Gilets jaunes du 12 janvier ? La veille de l'acte 9, le président a ainsi déclaré, lors d'un point presse, devant les maîtres-boulangers réunis à l’Elysée pour la traditionnelle galette des rois, selon des propos rapportés par France Info : «Le défi, c'est que notre jeunesse trouve toute sa place dans et par le travail. Et qu'elle trouve toute sa place par l'engagement, le sens de l'effort. Et l'apprentissage, c'est cela. Notre jeunesse a besoin qu'on lui enseigne un métier, des gestes, des savoirs, le sens de l'effort, et le sens de cet engagement qui fait qu'on n'a rien dans la vie si on n'a pas cet effort.» Et le locataire de l'Elysée d'ajouter : «Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés, au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté.»

«Parfois on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République – et notre République n'a rien à envier à beaucoup d'autres – il y a des devoirs», a également dit le chef de l'Etat. Précisant sa pensée, Emmanuel Macron a clairement adressé un message aux nombreux Français qu'il estime peu enclins à l'effort afin qu'ils s'engagent dans le travail : «Et s'il n'y a pas ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir. L'apprentissage est au cœur de cette philosophie.»

Une maladresse ? Apparemment non. En effet, les termes de «sens de l'effort» ont semble-t-il été calculés et assumés. Pour preuve, certains sur les réseaux sociaux ont remarqué que le community manager de l'Elysée avait préparé un hashtag «sens de l'effort»... avant de le supprimer, quelques instants plus tard. Par peur des réactions sur les réseaux sociaux ?

«Insulte contre son peuple», «boulette du roi»...

L'opposition a accusé le chef de l'Etat de provocation après cette sortie. Pour le président des Patriotes, Florian Philippot, «Emmanuel Macron récidive dans l’insulte contre son peuple !» «Pas le sens de l’effort ces infirmières qui triment ? Ces chômeurs qui galèrent ? Ces mères de famille seules ?», questionne-t-il par ailleurs en promouvant la mobilisation de l'acte 9.

Pour le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes et président des Républicains, Laurent Wauquiez, «en cette période où la priorité est le retour à la sérénité, le président doit lui avoir le sens des responsabilités et ne pas provoquer davantage de tensions».

«Il y a la galette des rois, là c'est la boulette du roi», a estimé sur BFMTV le député de La France insoumise, Alexis Corbière. Il est également revenu sur l'article des Echos pointant les dividendes records qui ont été reversés aux actionnaires de grandes entreprises en 2018. «Quels efforts ont fait ces actionnaires qui touchent ces 57 milliards [d'euros] ?», interroge-t-il. «Est-ce qu'Emmanuel Macron [leur] dit qu'ils ne font pas d'effort et qu'ils touchent pourtant de l'argent ?», s'offusque-t-il avant d'appuyer : «Cette richesse a été produite par le travail de gens qui se sont levés le matin !»

Le candidat du Parti communiste pour les européennes et adjoint à la mairie de Paris, Ian Brossat, ose espérer une allusion taquine du président envers les actionnaires : «J'imagine qu'il parle des actionnaires des entreprises du CAC 40 qui ont empoché 57 milliards d'euros en 2018 sans lever le petit doigt.»

«Soit c’est une "stratégie" et elle est dangereuse pour le pays. Soit ils sont nuls et c’est dangereux pour le pays», a fait valoir le député européen de Génération.s Guillaume Balas, a propos des déclarations d'Emmanuel Macron et de Christophe Castaner, qui le même jour, a affirmé que les manifestants du 12 janvier seront «complices» des casseurs.

Lire aussi : Des manifestants «complices» des casseurs : l'avertissement de Christophe Castaner aux Gilets jaunes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»