Le boxeur Dettinger restera en détention en attente de son procès, renvoyé au 13 février

Le boxeur Dettinger restera en détention en attente de son procès, renvoyé au 13 février© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Sur la passerelle Léopold Sedar-Senghor, le 5 janvier 2019.

Déféré au tribunal correctionnel en comparution immédiate, Christophe Dettinger s'est défendu en expliquant qu'il avait agi «comme dans le métro» pour défendre une femme. Il restera en détention jusqu'à son procès reporté au 13 février.

Filmé en train de frapper deux gendarmes lors de l'acte 8 des Gilets jaunes, l'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger a été placé en détention provisoire le 9 janvier dans l'attente de son procès, qui a été renvoyé au 13 février. Le champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers a brièvement comparu devant le tribunal correctionnel de Paris où il a sollicité et obtenu le report de son procès pour «violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique». Un journaliste de RT France était sur place.

L'ancien boxeur de 37 ans, aujourd'hui fonctionnaire territorial dans une mairie de l'Essonne, est entré dans le box à 22 heures, les yeux cernés et le visage marqué. «Je regrette mes actes. [...] Quand je vois ces images, je ne suis pas fier de moi», a déclaré ce père de trois enfants au casier judiciaire vierge. 

Christophe Dettinger s'était présenté le 7 janvier au matin à la police, qui le recherchait depuis la diffusion de vidéos de l'agression de deux gendarmes sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor le 5 janvier à Paris, lors d'une manifestation des Gilets jaunes. 

Devant le tribunal, il a expliqué être «venu pacifiquement» manifester, en famille, comme lors des précédentes mobilisations, mais il a reconnu ne pas avoir pu se contrôler après avoir «vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol».

Demandant sa libération sous contrôle judiciaire en l'attente de son procès, ses avocats ont évoqué un accès de colère «incontrôlée qui a duré deux minutes» et insisté sur son profil de père de famille, inséré professionnellement et n'ayant jamais eu maille à partir avec la justice. «Il ne veut être ni un héros, ni un symbole, ni un porte-parole des Gilets jaunes», avait déclaré une de ses conseils, Laurence Léger, avant l'audience. 

Conformément aux réquisitions du parquet, le tribunal correctionnel a toutefois ordonné son placement en détention provisoire afin d'«empêcher la réitération des faits et une soustraction à la justice», le prévenu ayant refusé en garde à vue «de s'expliquer sur les raisons de sa fuite». La décision, accueillie par des cris de protestations dans la salle, va en revanche dans le sens des avocats des deux gendarmes blessés qui avaient dénoncé des «violences graves, méthodiques, froides, réitérées». «Les violences sont allées à la limite de l'intention homicide», avaient ainsi affirmé devant la salle du tribunal Thibault de Montbrial et Emélie Samson.

Dans une vidéo postée le 7 janvier sur YouTube, l'ancien champion de boxe avait déjà admis avoir «mal réagi», tout en affirmant s'être «défendu» face aux gendarmes : «J'ai vu la répression. J'ai vu la police gazer, la police faire mal à des gens avec des flashballs», s'était justifié l'ancien boxeur. Puis devant les enquêteurs cette fois, il s'était excusé pour son comportement, selon une source proche du dossier.

Les violences qui lui sont reprochées avaient éclaté le 5 janvier lors d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre sur la passerelle qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. Plusieurs vidéos montrent Christophe Dettinger frapper un premier gendarme à terre et asséner une série de coups de poings à un de ses collègues, abrité derrière son bouclier. Ils se sont respectivement vu prescrire 15 et 2 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Devant les enquêteurs comme à la barre du tribunal, le trentenaire originaire de l'Essonne avait affirmé avoir voulu protéger une femme des forces de l'ordre puis s'être emporté. Le 8 janvier, lors d'une perquisition à son domicile à proximité de Massy (Essonne), les enquêteurs avaient par ailleurs retrouvé les vêtements visibles sur les images ainsi qu'un fusil de chasse. La découverte de cette arme de catégorie D1, en acquisition libre, a conduit le parquet d'Evry à ouvrir une enquête.

Ouverte en soutien à l'ancien boxeur, une cagnotte a connu un vif succès avant d'être fermée le 8 janvier devant les critiques du gouvernement et de syndicats policiers. Une cagnotte concurrente en «soutien aux forces de l'ordre» a aussi été ouverte.

Lire aussi : Le boxeur soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes présenté à la justice en comparution immédiate

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»