«Police politique» : l'opposition s'insurge contre l'arrestation du Gilet jaune Eric Drouet

«Police politique» : l'opposition s'insurge contre l'arrestation du Gilet jaune Eric Drouet© FRANCOIS GUILLOT Source: AFP
Eric Drouet à sa sortie du tribunal à Paris, le 23 décembre 2018.

De LFI au RN en passant par DLF, l'arrestation d'Eric Drouet a été très critiquée par l'opposition qui dénonce une «dérive autoritaire» du gouvernement, et s'interroge sur les réactions qu'elle aurait suscitée si elle avait eu lieu en Russie.

L'arrestation, le 2 janvier, d'Eric Drouet – figure du mouvement Gilets jaunes – alors qu'il participait à un rassemblement non déclaré pour rendre hommage aux blessés et morts en marge du mouvement, a vivement fait réagir l'opposition.

Lire aussi : Paris : le Gilet jaune Eric Drouet interpellé par les forces de l'ordre près de la Concorde

Le leader des insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui lui avait quelques jours auparavant rendu un hommage appuyé, a dénoncé dans un message sur Twitter un «abus de pouvoir». «Une Police politique cible et harcèle désormais les animateurs du mouvement Gilet jaune», a-t-il affirmé, avant d'appeler à la libération d'Eric Drouet.

«L'escalade de la répression doit cesser», s'est emportée l'oratrice de LFI Danielle Simmonet, s'indignant d'une «dérive autoritaire» du pouvoir d'Emmanuel Macron dans le but de pouvoir «continuer à imposer coûte que coûte sa politique au service des plus riches».

Le député insoumis du Nord Adrien Quatennens a de son côté opté pour la dérision, dressant un parallèle avec l'affaire Benalla, qui met de nouveau en difficulté l'Elysée. «Eric Drouet arrêté. Et Benalla ça va ?», s'est-il interrogé.

«Si c’était en Russie, les belles âmes seraient révoltées !»

Cette interpellation a tout autant fait réagir à droite de l'échiquier politique, à l'image du député du Rassemblement national Gilbert Collard, qui l'a qualifiée de «véritable scandale». «Si c’était en Russie, les belles âmes seraient révoltées !», a-t-il ironisé dans un message sur Twitter.

«Les belles âmes qui passent leur journée ici à vomir sur les Gilets jaunes se précipiteraient pour dénoncer ces scènes, la main sur le cœur et la larme à l’œil, si elles avaient lieu en Russie ou dans l’Amérique de Trump», a pour sa part noté le président des Patriotes Florian Philippot, résumant ainsi un sentiment commun à plusieurs partis de droite.

Marine Le Pen a dénoncé : «Les vœux de hargne du 31 décembre et la violation systématique des droits politiques de ses opposants dessinent un visage terriblement inquiétant d'Emmanuel Macron.»

L'analyse est en effet également partagée par Damien Lempereur, porte-parole du parti souverainiste Debout la France. «J'attends - par souci de cohérence et d’honnêteté intellectuelle - les mêmes réactions outragées de ceux qui s’indignent des arrestations à Moscou de Navalny pour manifestations illégales : les éditorialistes, l’UE, BHL, Glucksmann, LREM, le PS, etc...», a-t-il fait valoir, affirmant que le gouvernement se trompait «d’adversaire et de priorité».

Développant l'idée que le gouvernement ne ciblait pas le bon ennemi, le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan voit dans l'arrestation d'Eric Drouet l'expression d'un pouvoir «sévère envers ses opposants politiques mais laxiste envers les racailles, les fichés S, les violeurs». «Assez de ce 2 poids 2 mesures !», s'est-il indigné.

Toute la classe politique indignée ? Presque...

De son côté, les membres de la majorité ont défendu l'arrestation du militant.

«Cela s'appelle le respect de l'Etat de droit [...] Quand quelqu'un organise une manifestation alors qu'elle n'est pas déclarée, c'est qu'il ne respecte pas l'Etat de droit», a justifié le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur France Inter.

«Dans une République, l'ordre est important [...] La République, ce n'est pas l'anarchie [...] Il est normal que quand on ne respecte pas la loi républicaine, on en paie les conséquences», a affirmé de son côté le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur CNews.

Auteur: RT France

Lire aussi : Paris : le Gilet jaune Eric Drouet interpellé par les forces de l'ordre près de la Concorde

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»