Tabassé pour avoir défendu un couple qui s'embrassait, Marin sera décoré de la Légion d'honneur

Tabassé pour avoir défendu un couple qui s'embrassait, Marin sera décoré de la Légion d'honneur© Jeff Pachoud Source: AFP
Marin Sauvageon, accompagné de sa mère, en mai 2018 à Lyon.

Près de deux ans et demi après l'agression brutale dont il a été victime à Lyon, Marin Sauvageon fait partie de la promotion 2019 de la Légion d'honneur. Il était resté deux semaines dans le coma, sans attention particulière des autorités.

La promotion du 1er janvier 2019 de la Légion d'honneur a distingué Marin Sauvageon, jeune étudiant brutalement tabassé en novembre 2016 à Lyon après s'être interposé contre des individus qui reprochaient à un couple de s'embrasser dans la rue. Le jeune homme a été nommé chevalier de l'ordre pour «services exceptionnels nettement caractérisés» dans cette promotion de 401 personnes dont font partie les 23 joueurs de l'équipe de France championne du monde ou encore l'écrivain Michel Houellebecq.

Ça représente une reconnaissance pour un geste républicain que Marin a eu. Et puis au-delà de la reconnaissance c'est un geste vers une société plus tolérante, celle que Marin défend

Après son agression, il avait passé deux semaines dans le coma et les pronostics médicaux n'étaient guère optimistes. Trois mois plus tard, sa famille avait lancé une pétition afin qu'il soit décoré : elle affiche ce 1er janvier plus de 84 000 signatures. Pour sa mère, qui s'est exprimée auprès de France Bleu, cette nouvelle est «une grande surprise». «Marin était stupéfait, il n'en revenait pas. Il est très, très honoré Marin. Ça représente une reconnaissance pour un geste républicain que Marin a eu. Et puis au-delà de la reconnaissance, c'est un geste vers une société plus tolérante, celle que Marin défend», a ainsi confié Audrey Sauvageon.

L'agression de Marin, un «accident» selon Wauquiez

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a rendu hommage dans un tweet à celui «qui garda la tête haute face à la haine».

Quelques hommes et femmes politiques se sont également félicités de cette décoration, au premier rang desquels Laurent Wauquiez, le président des Républicains, qui a qualifié la brutale agression d'«accident».

Jordan Bardella, porte-parole du Rassemblement national et candidat pressenti pour mener la liste de son parti aux élections européennes, a réagi à la qualification employée par Laurent Wauquiez. «Ma génération est celle qui peut mourir pour un regard de travers ou une cigarette dans cette société qui subit un véritable ensauvagement», a-t-il également commenté.

Marin Sauvageon se bat depuis deux ans pour pouvoir marcher et reparler normalement. Après son violent traumatisme crânien, il partageait ses progrès dans le cadre de sa rééducation.

En mai 2018, son agresseur a été condamné à sept ans et demi de prison par la cour d'assises des mineurs de Lyon. Agé de 17 ans à l'époque, il encourait une peine maximale de 15 ans de réclusion, mais les jurés, contre l'avis de l'avocat général, ont retenu l'excuse de minorité. Contrairement à ce que de nombreux médias avaient relaté avant le procès, le couple défendu par le récipiendaire de la Légion d'honneur était hétérosexuel.

De nombreux responsables à la droite de l'échiquier politique avaient apporté leur soutien à Marin Sauvageon au moment de son agression, s'étonnant que les autorités de l'époque n'aient pas eu un mot pour le jeune homme. Une accusation ravivée par l'affaire Théo : quelques mois plus tard, le président de la République, François Hollande, s'était en effet dépêché d'accourir au chevet du jeune de cité d'Aulnay-sous-Bois, victime d'une agression présumée des forces de l'ordre. Les expertises médicales ainsi que les images de son interpellation ont finalement démontré que l'homme, qui est revenu sur son témoignage initial, n'avait pas été victime d'un viol de la part des policiers.

Lire aussi : Théodore Luhaka mis en examen dans une affaire d'«escroquerie en bande organisée»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»