Castaner compare l'incendie de la «main jaune» avec la destruction des bouddhas de Bâmiyân (VIDEO)

Castaner compare l'incendie de la «main jaune» avec la destruction des bouddhas de Bâmiyân (VIDEO)© Lionel Bonaventure Source: AFP
Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, le 18 décembre 2018 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale (image d'illustration).

Talibans et Gilets jaunes même combat ? C'est ce qu'a sous-entendu le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur les bancs de l'Assemblée nationale, en commentant l'incendie de la sculpture de la «main jaune» à Châtellerault.

Châtellerault, dans la Vienne : 30 000 habitants et un rond-point devenu le symbole de la contestation départementale des Gilets jaunes. Alors que des manifestants s'y réunissaient depuis plusieurs semaines, un événement a braqué les projecteurs des médias nationaux sur cette bourgade.

On a vu comment les Talibans ont attaqué les bouddhas géants de Bâmiyân, c’était en mars 2001

Le 16 décembre au soir, au lendemain de l'acte 5, des flammes ont ravagé la sculpture de 24 mètres dite de la «main jaune» : construite par 500 bénévoles, elle était sise sur le carrefour à sens giratoire depuis huit ans et représentait les usines qui fabriquent des pièces détachées pour voiture dans la région. 

Alors qu'une plainte a été déposée le lendemain et un appel à témoins lancé, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, n'a pas attendu les résultat de l'enquête pour commenter cet incendie lors des questions au gouvernement du 18 décembre.

Il a d'abord expliqué que cet acte de malveillance avait eu lieu «au moment de l'évacuation» du rond-point. «Cet acte correspond à la mise en cause même de la création d'un artiste et à la création d'une œuvre d'art qui appartenait au fond à tous les habitants de cette commune», a ensuite commenté le premier flic de France.

Gilets jaunes = Taliban ?

«Quand on en vient à attaquer des œuvres d'art [...] on oublie la liberté de création, on oublie au fond la liberté tout simplement. Et on l'a vu dans notre propre histoire. On a vu comment les Taliban ont attaqué les bouddhas géants de Bâmiyân, c’était en mars 2001», a embrayé Christophe Castaner, sans qu'aucun député ne fasse montre d'une quelconque désapprobation. Pour le ministre de l'Intérieur, on peut donc comparer un incendie dont on ne connaît pas encore l'auteur – et dont certains tiennent pour responsables des anti-Gilets jaunes – et la destruction à l'explosif de sculptures de 15 siècles par des fanatiques religieux musulmans aux cris de «Allah akbar».

Ce 19 décembre, France Bleu Poitou a constaté que le démontage de la «main jaune» avait débuté.

Lire aussi : Péages gratuits pour cause de Gilets jaunes : Vinci renonce à faire payer les automobilistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»